Gunpowder de Ronan Bennett, Kit Harington & Daniel West

1603, en Angleterre : les catholiques anglais sont pourchassés par les autorités royales, qui leur interdisent la pratique de leur religion. Si certains catholiques comme le père Henry Garnet (Peter Mullan) prennent le parti de vivre cloîtrés en attendant des jours meilleurs, d’autres menés par le seigneur Robert Catesby (Kit Harrington) décident de prendre les armes pour se défendre et rétablir sur le trône d’Angleterre le vrai souverain, puisqu’il ne reconnaissent pas le roi Jacques I. Ils tentent d’obtenir l’aide de l’Espagne, alors en guerre avec l’Angleterre, mais échouent en raison des accords de paix qui doivent être signés entre les deux puissances. Se retrouvant seuls à défendre leur foi, les catholiques menés par Catesby élaborent un plan pour se débarrasser du roi : ils prévoient d’organiser dans les campagnes un soulèvement populaire et dans le même temps de faire « sauter » le Parlement anglais, pendant une séance en présence du roi. La date retenue pour cet attentat est celle du 5 novembre 1605. Un certain Guy Fawkes (Tom Cullen) est désigné pour prendre en charge l’attaque contre le Parlement.

Cette mini série de trois épisodes, commandée par la BBC et produite par Kit Harrington lui-même a défrayé la chronique peu après sa diffusion, beaucoup de spectateurs jugeant les scènes de tortures intolérables pour une production télévisuelle. Pourtant, c’est loin d’être le plis grand problème de la série, d’autant que la représentation « réaliste » de la torture semble être un topos des séries et films consacrés à la période (que l’on se souvienne de la scène de décapitation de Mary Stuart dans la série Elizabeth avec Helen Mirren). Les scènes de torture ne sont pas filmées avec trop d’insistance, le spectateur devine davantage en quoi elle consiste qu’il ne la voit réellement.

Par contre la série est impressionnante par son incapacité à donner du sens à cet événement. Sur les causes des exactions commises contre les catholiques, on ne nous dit pas grand chose, juste qu’elles existent sans préciser depuis quand et pour quelles raisons le pouvoir royal a besoin d’en passer par des actions aussi violentes. Même chose du côté des catholiques, les motivations sont présentées avec simplicité : ils veulent pouvoir exercer leur pratiques religieuses en tout liberté. Soit. ils veulent rétablir sur le trône le vrai roi. Mais de qui parlent-ils? Et pourquoi sont-ils dans une telle situation, la série n’offre aucune réponse.

« You know nothing, Robert Gatesby. »

Robert Gatesby est le personnage principal de cette série, un personnage mû par une ambition unique, rétablir le vrai roi et qui, au-delà, parait bien lisse dans ses discours et ses prises de position. Face à lui, Mark Gatiss interprète Sir Robert Cecil avec la modestie qu’on lui connait. Robert Cecil souffrait de scoliose, Mark Gatiss passe donc les trois épisodes la tête penchée, dans une tentative assez ridicule de présenter les souffrances de son personnages.

Quant à Guy Fawkes, il est l’intrus de la série, un personnage que l’on voit peu, qui ne parle pas et qui semble rejoindre le complot sans raison. Un personnage qui est pourtant passé dans la culture populaire, ce que ne relève surtout pas la série. D’autres acteurs de renom viennent compléter ce casting, Peter Mullan dans le rôle du prêtre Henry Garnet et Liv Tyler dans celui d’Anne vaux, mais que de talents gâchés dans une écriture sans emphase et qui se complaît dans sa superficialité.

Une conclusion semble se dégager de tout cela : toute série dans laquelle Mark Gatiss est impliquée, même s’il n’est pas scénariste, est donc marquée par la suffisance, le sensationnalisme creux et le maniérisme ridicule.

Une belle brochette…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s