Black Mirror (saison 4) de Charlie Brooker

Nouvelle saison de Black Mirror, avec une fois encore six épisodes : « USS Calister », parodie de Star Trek dans laquelle un créateur de jeux utilise ses talents de programmeur (et l’ADN de ses victimes) pour se créer un univers virtuel dans lequel il est le capitaine adoré et admiré d’un vaisseau spatial.

« Arkangel », réalisé par Jodie Foster suit la relation d’une mère protectrice envers sa fille. Suite à sa courte disparition petite alors qu’elle jouait dans un jardin d’enfant, une mère décide d’intégrer une puce électronique dans le cerveau de sa fille, pour surveiller à la fois ses mouvements mais aussi ce qu’elle voit.

« Crocodile »  s’intéresse au travail d’un agent d’assurance qui utilise une nouvelle technologie capable de lui permettre d’aller dans les souvenirs des victimes ou des témoins pour mener ses enquêtes administratives, déterminer les responsabilités et la prise en charge par l’assurance.

« Hang the DJ » explore l’univers des sites de rencontres à l’heure des nouvelles technologies. Une application promet en effet à son utilisateur de lui trouver le partenaire parfait, en même temps qu’elle lui permet d’évaluer immédiatement la durée probable d’une relation.

« Metalhead » est un hommage aux films post-apocalyptique. Dans un futur où l’humanité est traquée par des robots-chiens, une femme tente de survivre et de rejoindre son abri.

« Black Museum » débute comme un hommage aux saisons passées de Black Mirror, mais retrouve rapidement une narration classique autour d’un personnage qui collectionne des objets particuliers, dont il raconte l’histoire à une jeune femme qui visite son musée. 

De loin la moins intéressante des saisons de Black Mirror. Jusqu’à présent, même si globalement je n’accrochais pas à cette série (trop esthétisante et pas assez réfléchie à mon goût), il y avait toujours au moins un épisode qui me plaisait. Là rien.

Le premier en forme d’hommage à Star Trek m’a ennuyée, le second réalisée par Jodie Foster ne m’a pas franchement convaincue car mise à part l’utilisation d’une technologie avancée, le propos sur les relations mère-fille est classique. « Crocodile » m’a fait rire tant il était navrant et pitoyable dans cette pirouette finale avec le hamster. « Hang the DJ » reproduit ce qui déjà me posait problème dans cette série, à savoir des épisodes conçus pour ne servir à rien, puisque le twist final nous fait prendre conscience que ce qu’on a vu n’a duré que quelques secondes dans le temps réel. Le faire une fois, ça va. Répéter le procédé sur plusieurs épisodes, cela ne signifie qu’une chose, c’est qu’on tourne en rond. « Metalhead » est peut-être celui qui se démarque le plus des autres épisodes avec son esthétisme noir et blanc. Dommage qu’il serve un propos plutôt classique sur un univers post-apo et une histoire de survival. Enfin « Black Museum » renoue avec le voyeurisme de certains anciens épisodes de la série, avec une bonne dose de complaisance sur la violence, que ne parvient pas à rattraper la construction maligne (et encore) de l’épisode.

Cette saison montre une chose : Black Mirror commence à tourner en rond. Par rapport aux premières saisons, où l’accent était davantage mis sur les comportements humains vis-à-vis des technologies et non sur les technologies eux-mêmes, j’ai constaté que le propos glissait vers une vision globalement positive des nouvelles technologies. A présent, ce propos général se répète, il n’y a pas véritablement de distance critique vis-à-vis des nouvelles technologies, ni d’études des comportements humains. On voit juste des applications à l’usage d’un quotidien déjà connu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s