The Rider de Chloé Zhao

Brady (Brady Jandreau) se réveille après avoir été opéré. Il découvre son nouveau visage, le pansement sur son crâne et l’énorme cicatrice. Jeune cowboy, il a subi un accident lors d’un rodéo. Les médecins lui disent qu’il doit arrêter la compétition. Mais pour Brady, monter à cheval, participer à des rodéos, ce n’est pas simplement une passion, c’est une manière de vivre, car, après tout, dans cette réserve indienne du Dakota du Sud, il n’y pas grand chose voire rien à faire. Alors Brady va tenter de donner un nouveau sens à sa vie, avec son père Wayne (Tim Jandreau), un ancien cowboy également qui vivote, et sa petite soeur Lilly (Lilly Jandreau), qui est autiste, depuis leur petite caravane sordide posée sur la plaine. En posant un regard neuf sur les siens et son monde, Brady va entraîner le spectateur dans cette vie du Dakota du Sud et nous faire découvrir son univers et nous faire vivre son amour des chevaux.

Ce film est une merveille.

En décidant de filmer le milieu des circuits de rodéos (chevaux et taureaux), Chloé Zhao se donne comme défi d’intéresser des spectateurs en dehors de ces régions des plaines qui continuent les traditions des cowboys dans des compétitions festives aussi dangereuses que ridicules dans leur côté kitsch.

Née et ayant grandi en Chine, Chloé Zhao a fait ses études secondaires à Los Angeles et a découvert par hasard le Dakota du Sud où, depuis, elle a planté sa caméra, y réalisant son premier film, Songs That My Brothers Told Me, qui s’intéressait déjà aux Amérindiens.

C’est cette sincérité qui transparait dans le film. On oublie d’ailleurs rapidement qu’il s’agit d’un film pour plonger dans le quotidien de Brady et sa quête pour redonner un sens à sa vie qui n’en a plus. On découvre tout un univers à la fois exaltant et terriblement misérable, des majestueux et sublimes paysages des plaines traversées par les orages (quels plans !) à la petite caravane miteuse qui semble échouée là.

Et bien sûr il y a cette relation entre Brady et les chevaux. Les scènes dans lesquelles il monte son cheval (que son père vend, ayant besoin d’argent) ou la scène de débourrage sont impressionnantes de justesse et véhiculent une poésie à la fois subtile et très forte.

Plusieurs autres moments aident à comprendre Brady, son rapport aux rodéos : son rapport avec sa petite soeur qu’il protège, ses rapports complexes et difficiles avec son père, les moments lorsqu’il se retrouve avec ses copains autour d’un feu à picoler et jouer de la guitare tout en évoquant les compétitions passées et à venir, et surtout les scènes où il rend visite à son ami (et qu’il admira), Lane, un cowboy comme lui qui est devenu tétraplégique suite à un accident. Ces moments sont admirables car le regard évite le voyeurisme et la pitié et parvient à saisir l’amitié, l’admiration et même l’espoir. Lorsque Brady se retrouve devant le bureau social de la réserve ou lorsqu’il travaille dans un supermarché, cherchant à gagner de quoi vivre, à trouver autre chose à faire que monter les chevaux, et alors que des fans viennent lui demander quand il remontera, sont autant de moments porteurs de sens.

Chloé Zhao brosse ainsi le portrait délicat d’un mode de vie et d’une vie brisée. Elle le fait sans ostentation, sans insistance mais avec une empathie qui lui permet de faire de son film une ode élégiaque à ces Indiens cowboys. La fin, tout particulièrement, est d’une beauté qui laisse le souffle coupé et les yeux humides.

Porté par une autre sincérité qui est celle de ces acteurs dont on découvre à la toute fin qu’ils jouent leur propre rôle, The Rider est bouleversant dans ce qu’il dit de la possibilité de vivre ses rêves ou de devoir y renoncer, ou du coût que cela implique, quel que soit le choix que l’on fait.

Magnifique.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s