Downsizing d’Alexander Payne

Une équipe de scientifique norvégiens parvient après des années d’expérimentation et de recherche à créer un sérum capable de réduire de manière drastique la taille d’un être humain. Lors de la conférence scientifique pendant laquelle ils présentent leurs résultats (l’un des scientifiques s’étant lui-même « réduit »), ils décrivent leur découverte comme une solution à la surpopulation humaine dans un contexte de réchauffement climatique et de raréfaction des ressources qui mettent en péril l’avenir de l’humanité et de la Terre. Paul Safranek (Matt Damon) et sa femme Audrey (Kristen Wiig) décident un beau jour de se faire réduire, non pas pour des raisons écologiques mais parce qu’ils y voient un intérêt financier : le couple ne gagne pas suffisamment dans le monde des grands pour s’offrir une vie de luxe, mais leurs placements leur permettraient de vivre cette vie luxueuse dans l’univers des touts petits. Ils décident donc de sauter le pas…

Le film débute sur une erreur grossière, les problèmes écologiques actuels ne sont pas liés à la surpopulation, les ressources terrestres permettraient en effet de nourrir une population de 10 milliards d’individus pour peu que ces ressources soient reparties équitablement. Encore une fois les famines n’ont pas de causes naturelles (comme le climat qui induirait de mauvaises récoltes), mais des causes politiques (comme les conflits ou l’inégale répartition des richesses). En même temps, les raisons qui poussent ce couple à se faire réduire sont clairement exposées : elles ne sont pas liées à une quelconque idée de préservation de la planète mais bien à une volonté de consommer plus et plus facilement.

Le racisme sous-jacent dans le film est également problématique. Quand la retransmission de la conférence scientifique (dans laquelle est exposé le problème de la surpopulation) est suivie par des plans dans lesquels on voit des populations asiatiques ou africaines écouter attentivement, on est vaguement traversé par un sentiment de honte. Même chose avec le ridicule accent de l’actrice Hong Chau qui interprète Ngoc Lan Tran, une femme de ménage que Paul va rencontrer. Le personnage enchaîne les fautes de syntaxes et d’accentuation là où le personnage interprété par Christoph Waltz, également non anglophone s’exprime parfaitement tout comme les scientifiques norvégiens. Il n’y a qu’elle et ses comparses mexicains pour torturer la langue anglaise et lui donner probablement dans l’optique du réalisateur une saveur exotique. L’effet est assez pathétique.

Alors que nous dit ce film : Paul a voulu se faire réduire pour mener la grande vie avec sa femme, qui à la dernière minute a fait marche arrière. Le divorce lui prenant la moitié de ses revenus, Paul se retrouve à devoir travailler dans le monde des minis. Puis il rencontre Ngoc Lan Tran, qui l’entraîne dans l’humanitaire et si Paul a un instant la tentation de quitter l’humanité avec une bande de cinglés norvégiens qui ont construit sous terre une arche de Noé (ceux-là mêmes qui avaient été les premiers à se faire réduire, uniquement pour des raisons écologiques et qui sont présentés à la fin du film comme des sectaires illuminés), il reprend ses esprits et se dit qu’à présent foutu pour foutu, il doit aider les autres à défaut de changer quoique ce soit au destin de l’humanité.

En même temps Paul ne remet pas en cause le système, ne se politise pas mais il fait comme Ngoc Lan Tran, il récupère les restes alimentaires des riches pour les porter aux pauvres.

Et on suppose qu’à un moment on est sensé applaudir. Misère de la pensée sociale dans ce monde néo-libéral où la charité devient la panacée de tout mouvement sociétal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s