August Sander, Persécutés/persécuteurs, des Hommes du XXe siècle, au Mémorial de la Shoah

Le Mémorial de la Shoah consacre une exposition au travail remarquable d’August Sander, photographe allemand de la période de la République de Weimar et de la Seconde Guerre mondiale. Pendant de nombreux années, il a photographié les hommes et les femmes de son temps, dressant près de 600 clichés, répartis en sept catégories : « Le paysan », « L’artisan », « La femme », « Les catégories socioprofessionnelles », « Les artistes », « La grande ville », ainsi qu’un septième groupe intitulé « Les derniers des hommes ».

August Sander est un photographe allemand né en 1876.  Fils de mineur, dès la fin de l’école obligatoire, il travaille comme garçon de terril dans les installations minières. A l’occasion d’un reportage photographique dans les mines, il découvre la photographie documentaire. Durant son service militaire, il devient l’assistant d’un photographe, ce qui lui permet de parfaire sa connaissance de cette technique. Après des voyages d’études en Europe, il s’installe comme photographe d’abord à Linz (Autriche) comme employé puis à Cologne, cette fois en tant que copropriétaire puis propriétaire de son studio.

Le maçon

Proche des Progressistes de Cologne qu’il rencontre au début des années 1920, August Sander envisage dès le début de sa carrière de photographier les hommes de son temps. Il réalise près de 600 clichés qu’il va répartir en sept catégories. Avec l’arrivée au pouvoir des nazis (et parce que son fils communiste est alors arrêté et emprisonné par les nazis), des catégories nouvelles vont apparaître comme celle des prisonniers politiques et des persécutés. Il poursuit son travail jusqu’à sa mort et ses descendants le reprendront par la suite.

Jeunes paysans du Westerwald

De son vivant, peu de clichés sont publiés. Son travail est redécouvert dans les années 1970 et surtout à partir de 2002 quand Suzanne Lange, conservatrice des archives du photographe à Cologne, publie de nouveaux tirages. Les historiens découvrent alors des clichés présentant la société allemande des années 1930, dont beaucoup d’individus appartenant à la communauté juive qu’ils cherchent alors à identifier.

Persécutée

Son style se démarque de la Nouvelle Objectivité telle que la pratique Albert Renger-Patzschet (qui a orienté son travail sur la nature puis l’industrie de masse, faisant des parallèle douteux entre les deux, ce qui était visible dans l’exposition aveugle que lui a consacré le Musée du Jeu de Paume), même si on retrouve ce goût pour le réalisme documentaire et le rejet de l’artifice. A l’instar de Dorothea Lange (qui a également fait l’objet d’une exposition au Musée du Jeu de Paume), il photographie ses sujets de face, sans effet de plongée ou de contre-plongée, avec un minimum de mise en scène. Il se démarque de Dorothea Lange dans l’assemblage qu’il fait de ses clichés, réutilisant des catégories sociales comme les ouvriers, les paysans ou les femmes pour agencer son travail photographique.

Persécuteurs

Le parcours de l’exposition s’organise en deux temps : les deux premières salles sont consacrées à la vie d’August Sander puis à la description du contexte historique et politique. Dans un couloir menant aux salles suivantes, le visiteur peut voir le plan d’agencement des photographies de Sander, avec notamment les sept catégories mais également les sous-catégories créés par l’auteur. Dans les deux dernières salles, les panneaux explicatifs ont disparu. Ne restent alors que les photographies d’August Sander des persécutés (notamment son fils et ses compagnons de détention, photographiés de nombreuses fois) et des persécuteurs. On peut regretter l’absence d’explication sur la manière dont Sander parvenait à photographier son fils et ses amis en prison : quelles autorisations obtenait-il ? quels passe-droits ?

Néanmoins, cette photographie est remarquable (comme souvent au Mémorial de la Shoah), notamment par la qualité des tirages et de l’accrochage, respectueux du travail du photographe.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s