Sing, Unburied Sing de Jesmyn Ward

Joseph vit chez ses grands-parents maternels à Bois Sauvage, dans l’Etat du Mississippi avec sa sœur, Kayla, dont il s’occupe la plupart du temps, et sa mère, Leonie, souvent absente . Son père est depuis trois ans prisonnier à Parchman Farm (une ancienne plantation transformée en prison) et va bientôt sortir. Il ne connaît pas ses grands-parents paternels qui refusent de le voir ainsi que sa mère et sa sœur. Ces derniers n’ont jamais accepté que leur fils ait une relation avec une femme de couleur et encore moins les enfants métis qui en sont issus. Sachant que son père va bientôt sortir de prison, sa mère veut l’accueillir avec les enfants pour qu’il retrouve sa famille. Elle embarque donc Joseph et sa sœur dans une virée cauchemardesque à travers les Etats-Unis.

Le récit mêle une veine réaliste, en décrivant avec rigueur les relations entre les deux familles et la situation sociale de cette famille et de ce père tout juste sorti de prison, avec une veine plus mystique avec la présence de deux fantômes, Given et Richie qui hantent  respectivement la grand-mère malade et Joseph. Joseph est le principal narrateur du roman, Leonie lui succède parfois et plus étonnant, à quelques occasions, le fantôme Richie. Il y a des passages saisissants dans lesquels l’auteur sait décrire avec finesse les vomissements de la petite sœur à l’arrière de la voiture (et comment son frère s’occupe alors d’elle) ou la tentative désespérée du père pour faire régurgiter à la mère toute la drogue qu’elle a avalé dans un moment de panique, croyant se faire prendre par les flics.

L’objectif de l’auteur est de rendre réelle cette présence des morts parmi les vivants, et notamment ceux qui sont morts de façon violente. De montrer à quel point ils hantent les vivants et les empêchent de vivre leur vie. Le résultat malheureusement manque de subtilité. Si elle peut décrire avec talent les effets de la maladie sur le comportement et le physique d’une jeune enfant, elle manque de cette même finesse quand il s’agit de décrire cette présence fantomatique des morts, ce qui est pour le moins surprenant. Le mélange entre réalisme et mysticisme ne prend pas vraiment, la présence de ces fantômes ne parait pas aussi réelle qu’elle le devrait. L’auteur ne parvient pas à la faire exister dans sa narration, ce qui fait que ces histoires de fantômes apparaissent comme des prétextes pour expliquer le poids du passé sur les personnages, mais ils ne hantent pas le roman et ainsi le lecteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s