Black Mirror (saison 5) de Charlie Brooker

Après le très merdique Bandersnatch, trois petits épisodes viennent compléter cette affligeante saison 5 . Striking Vipers met en scène deux amis d’enfance, Danny (Anthony Mackie) et Karl (Yahya Abdul-Mateen II)  qui, après s’être perdus de vue pendant quelques années, se retrouvent à l’occasion de l’anniversaire de Danny et renouent avec leur jeu favori, un jeu vidéo de combat. Entre temps, les consoles ont disparu et sont à présent remplacées par des puces permettant aux joueurs de jouer en réalité virtuelle. Nos deux amis retrouvent donc leur réflexe d’antan, chacun choisit son personnage préféré, une femme pour Karl, un homme pour Danny et commence ainsi le combat. Sauf que très rapidement les deux joueurs sont attirés l’un vers l’autre et contre toute attente les séances de combat virtuels se transforment en coït virtuel.

Dans Smithereens, Andrew Scott interprète un chauffeur version Uber qui se relaxe dans sa voiture en attendant le client. Bizarrement, il attend les clients toujours au même endroit, au siège social londonien de la firme Smithereens (sorte de Facebook fictionnel). Andrew cherche en fait à kidnapper un employé de la firme, Jaden, pour l’utiliser comme otage afin de s’entretenir au téléphone avec le fondateur de celle-ci, Billy Bauer (Topher Grace). Quand Jaden (Damson Idris) monte dans son taxi, Chris peut mettre en place son plan.

Enfin dans Rachel, Jack and Ashley Too, Rachel, une adolescente complexée (Angourie Rice) se réfugie dans son admiration d’une pop star mondialement connue, Ashley (Miley Cyrus). Quand cette dernière commercialise une poupée robotique capable de recréer la personnalité d’Ashley, Rachel demande à ce que son père lui offre à son anniversaire. A partir de ce jour, la poupée devient sa meilleures amie, sa confidente au point d’inquiéter sa sœur Jack (Madison Davenport). Pendant ce temps, la vraie Ashley traverse une période de doute et son manager, qui n’est autre que sa tante, songe sérieusement à se débarrasser de l’Ashley humaine pour mieux faire fructifier une Ashley virtuelle.

Cette saison 5 de Black Mirror est catastrophique, le seul élément positif de cette nouvelle mouture est qu’elle ne comporte que trois épisodes, si on exclut Bandersnatch. Le premier épisode n’apporte aucune réflexion sur la réalité virtuelle, il aborde juste la question du couple et du désir, d’une manière absolument classique. Rien de nouveau à ce qu’un couple choisisse de ne pas être exclusif et de permettre à chacun de vivre des expériences sexuelles avec d’autres partenaires, tant qu’il « rentre à la maison ». Cette équation est vieille comme le monde, elle a prouvé ces limites tout comme les soi-disantes expériences nouvelles qui émergent actuellement et qui n’ont de nouveau que leur nom.

Smithereens est le moins pire des trois. Il commençait d’ailleurs plutôt avec cette prise d’otage difficile à gérer pour les policiers à l’heure des réseaux sociaux. La résolution de l’épisode par contre laisse à désirer : les motivations du preneur d’otage sont peu crédibles, le dialogue entre lui et le fondateur de la firme aberrant et la réaction de l’otage impensable. Quant au propos global de l’épisode, il est extrêmement faiblard.

Enfin le dernier épisode est une imposture sans nom. Charlie Brooker a vendu son âme au diable ou plus dans ce cas précis à Miles Cyrus qui se pose ici en protectrice de la création artistique indépendante et libre. De qui se moque-t-on ? En plus l’éventualité d’utiliser des hologrammes pour remplace des vedettes décédées a déjà été envisagée par certains et réalisée par d’autres. Il n’y a donc aucune extrapolation dans ce scénario, le phénomène existe déjà, dans le cadre décrit par la narration, avec les mêmes arguments et les mêmes problématiques. L’épisode apparaît donc comme un cadeau fait à une artiste bidon dont le seul argument est son intérêt pour la série, qui, du coup, lui sert bien la soupe, comme on dit.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s