Deutschland 86 d’Anna LeVine et Jörg Winger

Martin Rauch (Jonas Nay) a été envoyé en Angola après ses exploits mitigés lors de l’opération Euromissiles. Depuis trois ans, il enseigne l’allemand à de jeunes enfants et tente de garder contact avec sa mère (Carina Wiese) et à travers elle avec son fils, Max, qu’il n’a jamais vu. En Allemagne de l’Est, tout va mal. Les caisses de l’Etat sont vides et la population manque de tout. Barbara Dietrich (Anke Engelke) et Annett Schneider (Sonja Gerhardt) la mère et de Max et nouvelle recrue à la Stasi en charge des affaires économiques, mettent sur pied toute une série d’opérations pour ramener de l’argent dans les caisses de l’Etat. Ainsi l’Allemagne de l’Est alors qu’elle vendait déjà le sang collecté auprès de sa population, accepte d’utiliser ses malades comme cobaye pour tester de nouveaux médicaments. Mais cela ne suffit pas. La vente d’armes parait une option intéressante, d’autant qu’elle peut servir des causes nobles comme la lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Problème : ceux qui luttent contre l’Apartheid n’ont plus d’argent, leurs ennemis oui. Aussi l’Allemagne de l’Est décide-t-elle de leur vendre des armes. Au grand désarrois de Lenora (Maria Schrader), la tante de Martin, qui compte des proches parmi ceux qui luttent contre l’Apartheid. La vente promet d’être difficile, Lenora décide donc de s’adjoindre les services de Martin, en échange de son retour en Allemagne.

Toujours produite par UFA Fiction, la série est à présent distribuée par Amazon, ce qui fait qu’elle a probablement plus de moyens mais explique peut-être aussi qu’elle est perdue de son authenticité. Cette nouvelle saison croise de nombreuses intrigues et veut les connecter entre elles ce qui conduit à des raccourcis scénaristiques notables et à une impression d’imbroglio.

Se croisent donc dans cette saison des combattants contre l’Apartheid et leurs opposants sur fond de trafic d’armes entre ces belligérants et l’Allemagne de l’Est pour contourner l’embargo sur les armes de l’ONU (à un tournant de l’intrigue un bateau de croisière surnommé Love Boat sera de la partie) ; des militants allemands luttant contre l’omerta sur les malades du Sida et demandant à ce que des traitements soient testés sur ces malades et que l’on ne considère plus l’homosexualité comme une tare ; une médecin découvrant que ces patients meurent alors qu’ils testent un médicament contre les pneumonies et qui, parce qu’elle a tenté d’alerter sa hiérarchie, doit quitter l’Allemagne de l’Est, mais n’y parvient pas, enfin pas tout à fait ; un espion est-allemand (Martin) qui veut rejoindre l’ouest avec son enfant et fricote avec une espionne ouest-allemande pour arriver à ses fins ; un espion américain qui surveille les activités anti-occidentales des services est-allemands mais ne peut prévenir un attentat contre une boite de nuit fréquentée par les soldats américains, attentat attribué aux Libyens et à Kadhafi et enfin un nuage radioactif venant de Tchernobyl sans aucun danger pour la population est-allemande. Cela fait beaucoup pour juste dix épisodes. Du coup, beaucoup de survol, de raccourcis et de frivolité.

D’autant que les réalisateurs veulent ajouter à ces récits déjà bien chargés une mise en scène axée sur le suspens. Ils n’hésitent donc pas à rajouter quelques effets de montage purement gratuits pour créer de l’anticipation et de l’angoisse chez le spectateur. Sauf que cela fait trop, beaucoup trop face à la multitude des intrigues. Ils tombent donc dans les défauts classiques des séries qui veulent trop en faire : un épisode va miser tous ses effets sur une seule intrigue, qui passera au second plan par la suite, remplacer par un autre et le spectateur découvre qu’une fois les personnages sont inquiets pour l’opération Love Boat, puis l’épisode suivant par Tchernobyl, puis l’épisode suivant par les tests sur les malades, tout cela finissant par détruire la cohérence des personnages et par la même celle de la série. Néanmoins, elle garde un certain charme et les Boggans seront au rendez-vous pour la troisième (et dernière ?) saison au moment de la chute du Mur…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s