Le Chant du loup d’Antonin Baudry

Le sous-marinier Chanteraide (François Civil) est spécialisé dans l’analyse acoustique à bord du sous-marin, le Titan commandé par le commandant Granchamp (Reda Kateb). Lors d’une opération de sauvetage d’une unité d’élite, Chanteraide ne parvient pas à identifier un son perçu aux abords du sous-marin. D’abord persuadé qu’il s’agit d’un autre sous-marin, il finit par se raviser et identifier le bruit comme venant d’un animal marin. L’opération se poursuit donc, mais bientôt il parait manifeste que Chanteraide s’est trompé que le son venait bien d’un sous-marin qui à présent menace le Titan. Grandchamp parvient à échapper à son opposant (tout en récupérant l’unité d’élite), mais Chanteraide a perdu dans l’opération la confiance de ses supérieurs. Alors que les tensions vont grandissantes entre la Russie et la Finlande, et que l’identification du sous-marin reste problématique, Chanteraide cherche par tous les moyens à se racheter aux yeux de ses supérieurs, notamment l’amiral Alfost (Mathieu Kassovitz).

Le parfait film prétexte. Le scénario tient en une phrase : faire mumuse avec des sous-marins nucléaires avec visiblement la collaboration de la marine nationale française. Et pour justifier de faire sortir les gros engins à hélice et faire croire à une menace imminente, l’auteur invente un contexte géopolitique de pacotille sur fonds de tension entre la Russie et la Finlande (?), avec en prime un groupe terroriste qui fait son marché dans les anciens stock soviétiques, comme s’il suffisait d’acheter un sous-marin pour le faire fonctionner (ça doit être un peu plus compliqué quand même).

Les acteurs ne sont pas mauvais (même si on en vient à se demander jusqu’à quel point Kassovitz n’est pas schizophrène à force d’enchaîner les rôles dans des séries/ films de propagande pour les services militaires de l’Etat tout en prétendant cracher sur l’ordre établi), mais l’histoire est tellement factice qu’on s’intéresse pas beaucoup à ce qu’ils disent ou à ce qu’ils font. Tout parait complètement artificiel : les relations entre les personnages n’existent pas, la relation sentimentale est réduite à du décor (mention spéciale tout de même à la scène d’amour entre Chanteraide et sa nouvelle conquête : le monsieur entend les sonars en pleine action, charmant), les revirements du scénario  sont incohérents.

Reste les plans à l’intérieur des sous-marins. alors oui c’est impressionnant, mais cela ne suffit pas pour faire un film. Et même pas un bon film ou un très bon film, juste un film avec ce qu’il faut de sérieux dans le scénario pour nous faire croire un instant que ce que l’on voit est plausible. Mais là il faudrait en plus des acteurs un scénariste et un réalisateur, c’est peut-être trop demander.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s