Le Cauchemar d’Hans Fallada

Herr Doll, écrivain allemand, a quitté la ville de Berlin, alors bombardée par les alliées pour se réfugier avec sa famille dans sa maison de campagne. Il attend avec impatience l’arrivée des Russes qui, d’après lui, mettront fin au calvaire qu’il vit avec sa femme au sein de la population allemande encore favorable aux nazis. Lorsque les premiers chars russes pénètrent dans le village et tandis que les habitants se terrent dans leurs habitations, sa femme est la première à prendre contact avec les Russes. Dans les jours qui suivent, Herr Doll est nommé maire par intérim. Il doit pour le compte des Russes faire entre autre l’inventaire des biens des villageois, prétendument pour les répartir au sein de la population, même s’il comprend vite que les Russes cherchent en priorité à capter les ressources. Il re-découvre alors la bêtise de ses compatriotes, qui préfèrent mentir sur leurs possession, quitte à les perdre aux profits des russes (qui interviennent si Herr Doll ne leur apporte rien), plutôt que de lui confier en cachette et permettre ainsi leur partage. Le couple finit par quitter le village pour se rendre à Berlin, leur présence étant devenue insoutenable, dans l’espoir que leur appartement est toujours debout. Mais à leur grand désarroi, le comportement des Allemands en ville ne diffère que très peu de ceux de la campagne.

L’écrivain Hans Fallada, de son vrai nom Rudolf Ditzen, est contemporain des événements qu’il décrit dans ce roman. Il meurt en 1947, année de sa publication et de celle de Seul dans Berlin. Malgré le contrat de lecture qui impose un narrateur fictionnel en la personne de Herr Doll, il parait évident que le récit est nourri d’expériences vécues par l’auteur. La profession du narrateur ne laisse en effet que peu de doute sur sa proximité avec l’auteur.

Herr Doll décrit sans cesse sa sidération devant le comportement de ces compatriotes.  Il insiste lourdement sur leur manque de solidarité, leur jalousie maladive qui les conduit parfois à des actes de vengeance purement gratuits pour une cigarette ou un morceau de pain. S’il insiste également sur la souffrance de ce peuple qui manque de tout après la guerre, il explique néanmoins que certains s’en sortent bien (malgré leur passé nazi) et que pas un moment ces derniers n’éprouvent la moindre empathie pour le reste de la population. Loin de justifier cette tendance par les événements récents (qui pourraient expliquer le repli sur soi), Herr Doll l’inscrit au contraire dans une longue tradition qui a conduit ce peuple au nazisme et l’empêche après guerre de sortir dignement de ce conflit. D’après lui, ce peuple ne regarde pas en arrière, ne se remet pas en cause et continue à se comporter comme il l’a toujours fait.

Cette situation amène l’homme à désespérer de ses concitoyens, il amène l’écrivain au vide. Herr Doll se retrouve dans l’incapacité d’écrire quoique ce soit, alors que des éditeurs bienveillants le presse d’écrire pour indiquer la voie, ouvrir une nouvelle page sur laquelle la société allemande pourrait se reconstruire. Son incapacité à écrire révèle l’incapacité des écrivains à appréhender l’événement, à prendre de la hauteur pour le dépasser. Englué dans ses conflits avec sa concierge, avec une actrice qui occupe illégalement son logement, avec une administration sourde à ces problèmes de logement et de ressources, Herr Doll finit par se replier sur soi, il se terre comme les autres, défend ses quelques biens avec avidité parfois, se retire du monde avec sa femme et l’aide de nombreux narcotiques . Ce faisant, il tue jour après jour l’écrivain qui est en lui.

Hans Fallada, hospitalisé suite à de très nombreux problèmes d’addictions (à l’alcool et à la morphine) meurt d’un arrêt cardiaque le

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s