Stone Junction de Jim Dodge

Daniel Pearse est né sous de bien étranges auspices. Sa mère, orpheline, a quitté le foyer où elle était presque captive à l’âge de seize ans et alors qu’elle portait déjà Daniel. Vivotant de petits boulots, elle finit par s’installer dans une propriété loin de tout où en échange de la gratuité du loyer et d’une somme d’argent suffisante pour le quotidien, elle doit accueillir des individus venus de nulle part et ne répondant à aucune question. Elle tombe amoureuse de l’un d’eux et finit par découvrir l’identité de ces personnes et leurs missions. Daniel devient lui aussi familier des activités de cette organisation et mère comme fils finissent par s’impliquer dans leurs opérations. Au cours de l’une d’elle, la mère de Daniel est tuée. Il est alors pris en charge par l’organisation et découvre son nom, A.M.O, Alliance des Magiciens et des Outlaws. A leur côté, Daniel va parfaire son éducation dans un grand nombre de domaine nécessaire au bon fonctionnement de l’organisation comme la méditation, la pêche à la mouche, le crochetage de serrure, le poker et plus surprenant encore l’invisibilité.  En parallèle, il suit l’enquête sur la mort de sa mère, bien décidé à trouver le coupable qui ne peut être qu’un membre de l’A.M.O.

Le roman est préfacé par Thomas Pynchon et on comprend vite pourquoi tant les thématiques que l’auteur déploie sont proche de celles de Pynchon (des marginaux, une organisation secrète, un complot gouvernemental à base de plutonium et des individus qui se battent au moyen de la magie ou de la méditation). Le parcours d’apprentissage de Daniel occupe la majeur partie du roman, parfois le passage est plutôt drôle d’autres fois il est plus anecdotique. A chaque fois, Daniel surpasse ses maîtres, qui peuvent alors le quitter heureux d’avoir accompli leur part. La fin du roman implique une sorte de pierre philosophale (un énorme diamant en l’occurrence) qui permet à Daniel de disparaître complètement et de voir le monde depuis un espace magique. Ce diamant permet en effet à Daniel de s’ouvrir à des espaces parallèles au nôtre, dans lequel il voit une réalité bien différente qui le conduira à ne plus vouloir revenir dans notre monde actuel.

Le roman est souvent authentifié comme appartenant au registre du réalisme magique, même s’il s’agit plus ici de mysticisme que de magie.  Les différents enseignants qu’il va côtoyer vont lui apprendre le sens de la vie, ce qui devient vite un problème à la lecture quand les préceptes dont ils le gavent ressemblent d’avantage à des propos de comptoirs. Quelques exemples parmi tant d’autre :

« Les hors la loi ne font de mal que lorsqu’ils estiment agir pour le bien ; alors que les criminels, eux, ne se sentent bien que lorsqu’ils font le mal »
« Une main lave l’autre »
« Les conseils sont toujours disponibles pour qui sait se rendre disponible »
« Ce n’est pas parce que tout est différent que quoi que ce soit a changé »
« Le sentimentalisme est l’échec de l’émotion »
« C’est quand l’enseignement s’achève que commence l’apprentissage »

J’avoue que je n’ai aucun goût pour ce genre de discours que ce soit dans la vie courante mais je crois encore plus en littérature. Étrangement alors que le récit multiplie les expériences paranormales au travers de son personnage, je ne me suis jamais sentie en tant que lecteur dans l’étrangeté. La lecture du roman est plaisante, certains passages paraissent plus laborieux que d’autres mais globalement on suit l’histoire sans déplaisir. Par contre, je n’ai éprouvé aucune réelle attraction pour l’histoire ou l’écriture de ce roman.  C’était au mieux une récréation, parfois un peu tirée en longueur. Et je n’ai vu aucune utilité à vouloir comprendre quoique ce soit à cette histoire ou à en tirer un quelconque enseignement. Pour moi, l’ensemble est à placé dans le champ du divertissement, rien de plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s