Nos cinq (en fait six) séries préférées vues en 2020

La période de confinement a été une période propice pour de longues soirées devant un écran et de préférence devant des séries. Ces dernières apparaissent de plus en plus comme le lieu d’une certaine audace, là où le cinéma s’enlise dans le facile, le conventionnel et le bas du front.

Et pourtant l’année 2020 n’a pas offert un cru exceptionnel. On est loin des séries ambitieuses des débuts. Netflix, et à sa suite Amazon, commence à formater ses productions pour le grand public, même si pour remplir sa grille la chaine produit quelques ovnis qui semblent échapper à l’homogénéisation générale.

Voici donc nos cinq (en fait six) séries préférées vues en 2020 :

6. (Eh oui ! il y a un six) The Eddy de Jack Thorne et Damien Chazelle, saison 1.

Notamment parce qu’elle offre une vision très éloignée des habituels clichés sur Paris. Il y a certes quelques faiblesses dans le scénario, mais globalement le récit se tient, les acteurs sont bons et, même si la musique n’est pas toujours à la hauteur, le spectateur apprécie les plages musicales.

5. The Mandalorian de Jon Favreau, saison 1.

Choix du Boggan, qui le place tout de même dans son propre classement avant The Queen’s Gambit. Mais on ne reste pas de marbre quand l’enfant qui est en nous semble s’éveiller soudainement d’un long sommeil empreint de banalité. Le changelin at home a donc vibré devant le retour de ce qui a fait les grandes heures de Star Wars : la capacité a raconté une histoire (qui se voit dans la structure de la série, feuilletonnée en chapitres) et surtout devant les magnifiques planches du storyboard !

4. The Queen’s Gambit de Scott Frank et Allan Scott.

Une série sur les échecs et sur une femme championne des échecs. Sur le papier, ça fait pas rêver. Et pourtant grâce notamment à la prestation extraordinaire de son actrice principale, Anya Taylor-Joy (déjà repérée dans le formidable The Witch où elle était magnifique) les échecs deviennent un jeu glamour, légèrement politique (même si la série aurait pu plus insisté sur ce point) et résolument féministe. Dommage qu’un fin trop happy ending vienne gâcher quelque peu le propos général.

2. ex-aequo Perry Mason de Ron Fitzgerald et Rolin Jones, saison 1.

Quel plaisir de retrouver l’ambiance des séries policières des années 30. Tout dans cette série, de la photographie au jeu des acteurs en passant par un scénario très à l’ancienne, est maitrisé pour construire un spectacle à la fois classique (avec de nombreuses références au genre policier et aux légendes du cinéma hollywoodien) et moderne  (notamment sur le personnage de l’assistante). Ce « si loin si proche » fonctionne à merveille.

2. ex-aequo : Tale from the Loop de Nathaniel Halpern, saison 1.

La pépite qui ne ressemble à rien et semble avoir échappé au formatage. Une série sur le temps qui passe, sur le fait de vieillir et sur la mort, le tout mis en scène dans un univers rétro-futuriste onirique inclassable. Une série également portée par des acteurs qui semblent hors du temps et hors des représentations actuelles. Le récit est triste, mélancolique, mais aussi extrêmement beau et parfois très poétique.

1. The Plot Against America d’Ed Burns et David Simon.

Le roman de Philip Roth était magnifique, une vraie leçon d’écriture et de retour sur soi. L’adaptation proposée par David Simon est intelligente puisque, comme dans le roman, elle se construit lentement mais de manière implacable et montre bien les mécanismes qui isolent inexorablement des populations et les violences qui peuvent alors advenir. Un leçon de cinéma et comme toujours avec David Simon un leçon de politique, les deux allant de pair pour lui. David Simon dit it again.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s