Ubik de Philip K. Dick

Joe Chip est un inertial qui travaille pour une « entreprise de prudence » dirigée par Glen Runciter. Cette entreprise recrute des individus ayant des pouvoirs psychiques capables de bloquer les capacités des précogs afin de garantir que leurs clients puissent agir sans être sous l’influence de ces télépathes. Alors qu’il est couvert de dette, au point de ne plus avoir suffisamment d’argent sur lui pour faire fonctionner ses appareils domestiques comme la porte ou sa cafetière, Joe Chip est visité par une connaissance qui lui présente Pat Convey, une femme ayant le pouvoir de changer le passé et qui pourrait être une recrue de choix pour l’entreprise de Runciter.

Runciter gère l’entreprise seul depuis la mort de sa femme. Cette dernière a été placée en caisson de survie, dans un semi-coma que les dirigeants de l’entreprise mortuaire appellent « Half-Life ». Dans cet état de semi-coma, les décédés peuvent être réveillés à la demande de leur proches pour communiquer avec eux. Le procédé est payant et à durée limité. Les dirigeants ne sont plus en capacité de réveiller les décédés au bout d’un certain temps. Runciter consulte régulièrement sa femme quand il est face à des décisions importantes. Récemment des recrues inertials ont disparu, et Runciter soupçonne que des précogs dirigé par un certain Hollis soient responsables de ces disparitions.

Récemment une entreprise basée sur la Lune a fait appel à eux pour se débarrasser d’une attaque de précogs. Runciter hésite à accepter l’offre, soupçonnant un piège tendu par Hollis. Il accepte finalement et décide d’y envoyer Joe Chip ainsi que Pat Convey, alors qu’elle vient à peine d’être recrutée, et de se joindre au groupe. Comme suspecté, l’équipe tombe dans un piège.

Attention divulgâchage. Sur la Lune, Joe et ses compagnons d’infortune vont être les victimes d’une explosion. A partir de ce moment, plusieurs phénomènes se déclenchent dans la narration venant remettre en cause la réalité même du roman. Runciter est considéré comme mort à la suite de l’explosion, Joe et ses collègues le ramènent immédiatement sur Terre pour le mettre en caisson de survie et avoir une chance de continuer à parler avec lui, mais quand ils l’apportent à la compagnie qui gère les semi-coma, ces derniers les informent qu’il est trop tard, toute communication avec Runciter est impossible, il est alors considéré comme définitivement mort.

Sauf que dans les jours qui suivent, Joe et son équipe font face à deux phénomènes étranges : ils reçoivent des messages de Runciter les informant qu’ils sont morts et ils s’aperçoivent que les objets autour d’eux régressent (les voitures modernes se transforment en voiture antiques) jusqu’à la date de 1939. Les uns après les autres, ils disparaissent comme consumés par la fatigue et le froid. Seul échappatoire, un produit miracle appelé Ubik.

La régression des objets permet au narrateur (Joe) de retrouver l’utilité de ces objets, leur mécanisme alors que dans le temps présent (1992), il payait pour faire fonctionner ses équipements, oubliant le geste même d’utilisation (ouvrir une porte, faire un café). Le monde de 1939 à l’opposé de celui de 1992 est moins technologique et moins corporatiste. En 1992, par la technologie, les corporations contrôlent le quotidien des individus via des contrats commerciaux que ces derniers paient pour ouvrir automatiquement leur porte, pour que le ménage soit fait ou pour avoir un café. En 1939, la technologie est moins répandue et surtout les corporations n’ont pas encore le contrôle des individus.

Ce contrôle des corporations sur les individus dépasse même le temps de leur vie puisqu’une fois mort et à condition qu’ils paient ils peuvent être placés dans des caissons qui les maintiennent en semi-vie ou semi-coma. Suivant leur finance, le contrat de semi-vie peut durer plus ou moins longtemps et la fréquence des visites (des proches pour se connecter avec eux) être plus ou moins importante. A travers le personnage de Lory, cet adolescent qui détruit les autres individus placés comme lui en semi-coma en se nourrissant de leurs ultimes ressources psychiques, la puissance des corporations est totale puisque moyennant finance le crime est permis. En 1992, dans l’univers d’Ubik, les Etats sont absents, il n’y a pas de gouvernement ni d’agences publiques, les corporations règnent en maitre. D’ailleurs dans cette régression du temps, seules les monnaies semblent dotées d’une très forte résilience : elles régressent mais gardent leur valeur absolue. Manière de montrer également que les corporations se défient du temps.

A l’image de ces personnages, le roman Ubik entre dans une semi-conscience narrative. Qui narre ? Qui dit la vérité ? De quelle vérité parle-on nous ? Si la régression du temps est parfaitement perceptible par les descriptions des objets (comme les voitures, les avions ou les pièce de monnaie), la place du vivant (et donc du mort) est plus incertaine. De même que la question de savoir qui est à l’œuvre. Qui consume et fait régresser les objets ? Qui a crée Ubik ? Rapidement le conflit qui se présentait comme psychique (inertials versus précogs) disparait au profit d’un conflit entre semi-vivants, avec des conséquences dramatiques sur le monde des vivants. Tout se joue donc dans cet état de semi-conscience, mais tragiquement un état contrôlé par les corporations et ce sont bien elles qui finalement sont gagnantes à tous les coups dans ce jeu d’opposition.

Troisième roman de Philip K. Dick que je lis après The Man in the High Castle et Do Androids Dream Of Electric Sheep ? J’ai beaucoup moins aimé Ubik, la réflexion autour de la semi-vie me parle moins et surtout malgré les incertitudes sur les personnages, la construction du roman est assez classique. Je reste sur ma préférence pour The Man in the High Castle qui me parait plus abouti sur le plan littéraire.

Une réflexion sur “Ubik de Philip K. Dick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s