The Hollow Crown (saison 2) de Dominic Cooke

Henry VI, part 1. Après la mort prématurée d’Henry V, son fils n’est pas en âge de régner, une régence est donc mise en place sous l’autorité d’Humphrey de Lancastre, duc de Gloucester (Hugh Bonneville). Ce dernier tente de maintenir les intérêts de la Couronne sur les territoires pris aux français, mais cette période d’incertitude royale pèse lourdement dans les conflits en cours. Déjà, des clans se créent pour contester la légitimité du jeune Henry VI. Parmi les voix qui se font alors entendre, celle de Richard Plantagenêt (Adrian Dunbar), duc d’York, est de loin la plus virulente. Mais pour l’heure, une pucelle menace les territoires anglais sur le continent, rappelant toute l’aristocratie à ses devoirs militaires.

Henry VI, part 2. Henry VI (Tom Sturridge) est enfin roi d’Angleterre. Pour sceller une paix durable avec la France, il s’est marié à Marguerite d’Anjou (Sophie Okonedo), en échange de son renoncement sur les terres d’Anjou et du Maine. Situation inacceptable pour une partie de l’aristocratie anglaise qui s’est battue pour garder ces terres. Sa volonté de pacifier ses relations avec la France le conduit à se couper de nombre de ses conseillers et d’attiser le mépris de certains nobles, comme Richard Plantagenêt, duc d’York qui, du fait de son lignage, a des prétentions sur le trône.

Richard III. Les York sont parvenus à conquérir le trône d’Angleterre. Edouard IV (Geoffrey StreatFeild), l’ainé des fils de Richard Plantagenêt, est à présent le roi d’Angleterre, la France semble être complétement et définitivement perdue. Richard (Benedict Cumberbatch), le dernier fils du duc d’York, jalouse depuis toujours ses frères et ne souhaite pas attendre leur mort pour éventuellement monter sur le trône. Il fomente leurs assassinats, ainsi que celui de ses cousins par alliance pour parvenir à ses fins.

Cette deuxième saison d’Hollow Crown, consacrée aux trois dernières pièces historiques de Shakespeare, à savoir les deux parties d’Henry VI et Richard III, a été intégralement réalisée par Dominique Cooke qui ne brille pas par son audace et son talent. Sous sa direction, les pièces de Shakespeare deviennent ennuyeuses, monotones et les moments-clefs comme la tirade de Richard III an début de pièce ou sa fameuse réplique « My kingdom for a horse » font mal aux oreilles.

Bref, un vrai ratage que rien, absolument rien ne vient rattraper. Ni les acteurs, ni la musique ne viennent sauver quelque chose de ce naufrage, surtout si on le compare à la première saison. Il est tTriste de voir à quel point une telle réalisation peut dégoûter le spectateur de Shakespeare.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s