No Time to Die de Cary Joji Fukunaga

Une jeune enfant assiste au meurtre de sa mère et parvient à blesser le tueur avant de s’enfuir en pleine campagne isolée. Rattrapée par ce dernier au milieu d’un lac gelé, elle lui doit la vie sauve quand la glace se brise sous ses pieds.

Après la capture de Blofeld, Madeleine (Léa Seydoux) et James Bond (Daniel Craig) profitent ensemble de quelques jours de repos à Matera au bord de mer. Alors qu’il se rend sur la tombe de son ex-compagne Vesper Lynd, James Bond est attaqué par des hommes armés. Il parvient à fuir, puis à retourner à l’hôtel pour récupérer Madeleine mais étant persuadé qu’elle l’a trahi, il la jette dans un train, refusant de l’écouter et lui enjoignant de ne plus chercher à le revoir.

Cinq années plus tard, James profite d’une retraite méritée en Jamaïque quand Felix Leiter (Jeffrey Wright), agent de la CIA et ancien ami, lui demande de reprendre du service pour enquêter sur la disparition d’un scientifique, Valdo Obruchev, qui a été kidnappé dans un laboratoire du MI6. Ce scientifique, avec l’accord de M, était sur le point de développer une arme de nanotechnologie capable de cibler pour tuer l’ADN d’une personne sans causer de dommages aux proches. Dans un premier temps, James Bond refuse l’offre puis, convaincue par le nouvel agent 007 (Lashana Lynch), il accepte la mission.

Un James Bond un tantinet longuet, avec un scénario inutilement alambiqué. Les motivations du grand méchant de l’histoire ne sont pas très original — il veut tuer tout le monde — de même que sa relation avec Madeleine et donc James Bond souffre de quelques lacunes et/ou incohérences.

Ce qui sauve le film, ce sont tout de même certaines scènes d’action. La gente masculine appréciera à sa juste valeur les courbes généreuses d’Ana de Armas, particulièrement bien mise en valeur dans cette robe noire échancrée qui lui va à ravir et lui permet toutes les acrobaties attendues d’une James Bond girl. Et comme cette dernière ne manque pas d’humour, la scène est appréciable même pour ceux/celles peu sensibles aux jambes longilignes balançant un uppercut dans la face d’un molosse. Autre scène intéressante, celle avec l’enfant. On est habitué à voir James Bond fuir des situations dramatiques, avec ou sans jeune femme. Or cette situation coutumière prend une dimension dramatique par la présence de cette jeune enfant. Toute la séquence est très bien faite, très rythmée et surtout très tendue encore une fois par la présence de cet intrus.

Et surtout, comme il s’agit de la dernière interprétation de James Bond par Daniel Craig, on se montre beaucoup moins regardant sur le scénario du film et on s’attarde davantage sur la sortie de Daniel Craig et comment les scénaristes l’ont pensé et mis en scène. Et j’avoue que le choix qui a été fait est plutôt convaincant, preuve en est on verse aa petite larme.

Alors qui maintenant pour reprendre le flambeau ? Nomi est-elle un leurre ? Wait & see.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s