Un héros d’Asghar Farhadi

Rahim (Amir Jadidi) doit purger une peine de trois ans de prison suite à la plainte de ex beau-frère, Braham (Mohsen Tanabandeh) concernant une dette d’argent qu’il n’a pas payée. Il bénéficie parfois de sorties exceptionnelles, ce qui lui permet de revoir sa sœur, son fils et sa nouvelle compagne Farkhondeh (Sahar Goldust), sa femme ayant depuis demandé le divorce. Lors d’une de ces permissions, Rahim demande à son beau-frère de l’accompagner chez Braham pour le convaincre de retirer sa plainte en échange du remboursement d’une partie de sa dette. Rahim, grâce à Farkhondeh, possède à présent une importante quantité de pièces d’or qu’il compte échanger contre de l’argent pour payer sa dette. Mais Braham, constatant que le remboursement n’est pas complet, refuse de retirer sa plainte.

Rahim retourne donc en prison mais avant il dépose une annonce dans les rues de sa ville indiquant qu’il a trouvé un sac rempli de pièces d’or et que la propriétaire de ce sac peut le réclamer auprès de sa sœur. Une femme se présente, décrit le sac et récupère son bien quelques jours plus tard. Elle appelle alors la prison pour remercier Rahim, le directeur de la prison prend alors connaissance du geste de Rahim. Impressionné par ce geste, de la part de quelqu’un qui est emprisonné pour des soucis d’argent, le directeur décide de convier la télévision pour le donner en exemple. Rahim devient rapidement un héros, il bénéficie alors de l’aide d’une association qui lui propose de payer en partie sa dette, de lui trouver un travail pour qu’il puisse payer le reste et d’intercéder auprès de Brahim pour qu’il retire sa plainte. Après négociation, Rahim est libéré, mais pour lui les ennuis commencent, certains doutant de la sincérité de son histoire.

Pour un spectateur un peu éveillé, il parait clair dès le début que cette histoire de héros va revenir frapper en plein fouet ce pauvre Rahim. Pour ma part, quand il commence à placarder des affichettes dans la rue proposant un sac avec des pièces d’or, je me suis dit soit il combine un truc pour officialiser un vol soit il est particulièrement bête. Mais il était évident que la personne qui allait réclamer le sac pouvait ne pas être la propriétaire dudit sac. Le reste est une suite d’incohérences ou d’erreurs de jugement, qui te font dire que le personne est soit parfaitement idiote soit parfaitement calculatrice. Le fait qu’il utilise sa compagne pour se faire passer pour la propriétaire du sac devant l’employé de la préfecture est incompréhensible, d’autant qu’il embarque dans son mensonge sa sœur, son fils, sa compagne donc et le conducteur de taxi. A priori, le parti-pris du film est de dire qu’il n’a pas calculé son coup, mais qu’il a été au contraire happé dans un enchainement d’événements qui l’ont conduit à prendre de mauvaises décisions et donc à sa perte. J’avoue avoir eu un peu de mal à accepter cette explication, la duplicité du personnage étant de loin la plus plausible mais peut-être est-ce un travers de ma part, incrédule que je suis.

Abstraction faite de ce parti-pris peu plausible à mes yeux, le film a le mérite de nous montrer la société iranienne actuelle. J’ai été intéressée par les quelques scènes dans les prisons, notamment la dernière où Rahim se rend en prison comme on va à un rendez-vous quotidien. Cette porte ouverte sur la rue en dit long sur la place de l’emprisonnement dans la société iranienne. Même chose avec cette association qui récole des fonds pour aider des jeunes filles à payer leur dot ou des femmes à éviter la peine capitale à leur mari. On y voit alors la place des femmes dans cette société d’hommes et la place de l’argent.

Si l’histoire de Rahim me parait très anecdotique, je dois admettre qu’elle est à défaut bien écrite. Certaines réactions, certaines scènes sont très bien écrites et filmées, comme celle à la fin du film où Rahim refuse qu’on utilise son fils. J’ai par contre un vrai problème avec le personnage principal, beaucoup moins avec ceux secondaires. Il me parait trop souriant, trop naïf et ses décisions si elles servent bien le propos du film, ne me paraissent pas toujours répondre à un souci de logique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s