Wonder Woman de Patty Jenkins

Quelque part sur une île magique hors de l’espace et du temps, vivent les Amazones, où elles s’entraînent au combat et coulent des jours heureux. Diana (Gal Gadot), la seule enfant parmi elles, veut elle aussi s’entraîner et devenir une guerrière, mais sa mère, la reine des Amazones (Connie Nelsen), refuse, car elle semble craindre quelque chose. Diana parvient tout de même à s’entraîner en cachette avec la sœur de la reine, Antiope (Robin Wright) tant et si bien qu’elle grandit jusqu’à devenir une belle jeune femme… Et évidemment, une jeune femme, cela attire la convoitise d’un beau jeune homme. Or le monde des hommes arrive un jour jusqu’à l’île des Amazones lorsqu’un avion allemand pénètre la protection magique de l’île et vient s’écraser au large de celle-ci. Diana sauve le pilote de la noyade qui s’avère en fait être un pilote anglo-américain, Steve (Chris Pine). La Grande Guerre est venue jusque chez les Amazones…

Lire la suite

Ghost in the Shell de Rupert Sanders

Dans un futur proche, les humains ont recours à des implants cybernétiques pour pallier un handicap ou pour améliorer leurs performances. L’entreprise Hanka Robotics est spécialisée dans la fabrication et l’implantation de technologie cybernétique sur les humains et elle souhaite aller plus loin en créant un cyborg parfait. La mort de Mira Killian (Scarlett Johansson) leur offre cette opportunité de créer un être robotique complet doté d’un cerveau humain. Une fois créée, Mira est affecté à une unité antiterroriste, au grand désarroi de sa créatrice, le Dr. Ouelet (Juliette Binoche). Un an plus tard, les états de service de Mira au sein de l’unité sont impressionnants et lui valent le surnom de « Major ».  Lors d’une opération, Mira est confrontée à un robot-geisha, propriété de la compagnie Hanka, qui lui révèle l’existence des ghosts, sorte d’âmes résiduelles qui habitent les cyborgs. Lire la suite

The Lost City of Z de James Gray

Percy Fawcett (Charlie Hunnam), major de l’armée de terre britannique, est en poste dans le comté de Cork, après avoir effectué des missions en Inde britannique et en Afrique du Nord. Parce qu’il a étudié la cartographie, il est contacté par la Société royale de géographie qui l’engage pour une mission au Brésil, plus précisément dans une région inexplorée entre le Brésil et la Bolivie. Se sentant infériorisé par son grade et sa mission en Irlande, désireux de se racheter une place dans le gotha (et d’obtenir l’absolution pour un impair commis par son père, visiblement le choix de sa mère), Fawcett accepte cette mission en espérant s’y faire un nom. A son retour, il est accueilli comme un héros, et le public aussi bien populaire que scientifique s’intéresse de près à son récit d’expédition. Fawcett prétend alors avoir découvert les restes d’une ancienne civilisation, à laquelle il donne le nom de « Z », et qu’il lie à la découverte d’une civilisation perdue par l’explorateur portugais João da Silva Guimarães, mentionnée dans une archive de 1753. Moqué par la communauté scientifique mais financé par un autre explorateur, James Murray (Angus Macfadyen), Fawcett monte une nouvelle expédition pour retrouver la cité perdue de Z. Lire la suite

Logan de James Mangold

Nous sommes en 2029. Pour quelle raison, aucune idée, mais cela doit avoir une certaine logique pour les scénaristes. Les mutants ont pratiquement disparu de la surface de la planète et les X-Men ont été bannis, l’organisation dissoute car jugée terroriste. Logan (Hugh Jackman) cuve son vin dans son coin, en gagnant quelques piécettes en échange de ses services de chauffeur et pour le reste il passe son temps libre à s’occuper de Xavier (Patrick Stewart), qui est au repos dans un gigantesque container. Arrive une femme. C’est toujours un problème une femme dans un film de super-héros car à coup sûr elle va obliger le dit-héros à sortir de sa routine quotidienne. Elle souhaite embaucher Logan pour conduire sa fille Laura (Dafne Keen) au Canada (oui parce que depuis Trump et surtout Trudeau, tout le monde veut se barrer au Canada). Au début, Logan grogne pour dire qu’il est pas d’accord, mais après il grogne une deuxième fois et là ça veut dire qu’il est ok (j’ai langage : Logan lu et parlé, mais pas écrit c’est pas nécessaire). Comme il y a des personnes qui souhaitent mettre le grappin sur la gamine, une poursuite s’engage pour savoir qui va atteindre la frontière canadienne en premier, et commence un road-movie qui va s’achever en drame, forcément. Lire la suite

Divines d’Houda Benyamina

Dounia (Oulaya Amamra) et Maimouna (Déborah Lukumuena) sont les meilleures amies du monde.  Ensemble, elles affrontent tous les maux du quotidien : les cours dénués de sens, l’absence de perspectives, le manque d’argent et, pour Dounia, une mère alcoolique et une vie dans un taudis. Malgré cela, elles rêvent d’une vie meilleure et refusent de baisser les bras. Pour gagner de l’argent, elles acceptent de travailler pour Rebecca (Jisca Kalvanda), une jeune dealeuse qui fait sa loi dans le quartier. Puisque l’école ne peut leur offrir une voie de sortie, Dounia pense qu’en gagnant suffisamment d’argent par le trafic, elle pourra sortir sa mère du ghetto. Malgré sa rencontre avec Djigui, un agent de sécurité qui veut devenir danseur professionnel et qui de cette manière lui présente une autre voie de sortie, Dounia reste fidèle à Rebecca, d’autant que cette dernière a de plus en plus d’influence sur elle.  Lire la suite