The Alienist d’Hossein Amini

Ville de New York, année 1896, une série de meurtres abominables sur de jeunes garçons terrorise la ville et oblige les autorités à enquêter sur ces meurtres malgré l’origine sociale des victimes, des prostituées, qui habituellement ne mobilisent que très peu l’intérêt de la police. Teddy Roosevelt (Brian Geraghty), nouvellement nommé commissaire en chef (et futur président des Etats-Unis), accepte l’aide d’un docteur en psychiatrie criminelle, Laszlo Kreizler (Daniel Brühl ), pour mener son enquête. Ce dernier, épaulé par un illustrateur de presse, John Moore (Luke Evans), de l’assistante de Roosevelt, Sara Howard (Dakota Fanning) et des deux frères Marcus and Lucius Isaacson (Douglas Smith et Matthew Shear), enquêteurs pour la police de New York et spécialisés dans l’approche scientifique, va conduire en secret mais dans les pas des autorités officielles, l’enquête criminelle avec des approches novatrices, puisqu’il cherche à comprendre la psychologie de l’auteur des meurtres en l’insérant dans le tissu social pour découvrir qui se cache derrière ces crimes.  Lire la suite

Publicités

Wolf Hall de Peter Kosminsky

Octobre 1529. York Place, Londres. Des cavaliers s’approchent au galop au petit matin. Ils sont envoyés par le roi d’Angleterre pour destituer le cardinal Wolsey (Jonathan Pryce) de son poste de Lord Chancellor. Ce dernier a en effet failli à Henri VIII (Damian Lewis) qui voulait obtenir le consentement du Pape pour divorcer de son épouse Catherine d’Aragon (Joanne Whalley). Régnant sur l’Angleterre et marié depuis 20 ans, il n’a toujours pas d’héritier mâle. Ayant rencontré Anne Boleyn (Claire Foy) à la cour, il s’est entiché d’elle et veut l’épouser. Se persuadant que son mariage avec Catherine était une erreur (elle avait d’abord été l’épouse de son frère et ce n’est qu’en obtenant une dispense papale à la légitimité douteuse qu’il avait pu l’épouser), il veut à présent obtenir un divorce. Mais Catherine est la sœur de l’empereur Charles Quint qui a la main mise sur le pape depuis le sac de Rome deux ans plus tôt. Dès lors, le chancelier d’Henri VIII, le cardinal Wolsey (Jonathan Pryce), a le plus grand mal à obtenir du pape ou des cardinaux la fameuse autorisation de divorce.  Au milieu de ces intrigues des puissants, Thomas Cromwell (Mark Rylance), fils d’un forgeron, est devenu un familier du cardinal. Ambitieux, intelligent, taciturne, il se montrera un serviteur loyal et habile, qualités qui auraient dû lui coûter sa carrière (voire la vie) mais que bientôt Henri va récompenser en l’appelant près de lui et d’Anne. De là, Cromwell va devenir le rouage central de l’Etat anglais, la cheville ouvrière du schisme avec la papauté en 1534.  Lire la suite

Dark de Baran bo Odar

Dans la petite ville allemande de Winden, la police enquête sur la disparition d’un jeune lycéen, Erik Obendorf. Mais alors que la famille presse les policiers d’agir au plus vite, ces derniers semblent réticents à considérer cette disparition comme inquiétante et envisagent davantage une fugue, l’adolescent ayant déjà disparu pendant plusieurs jours pour finalement revenir au domicile familial. L’enquête prend un tour alarmant, quand un autre enfant plus jeune disparaît, Mikkel Nielsen (Daan Lennard Liebrenz), le fils d’Ulrich Nielsen (Oliver Masucci), l’un des enquêteurs, pour devenir complètement dramatique quand le corps d’un jeune garçon est retrouvé dans la forêt non loin du lieu de la disparition de Mikkel ; un corps qui n’est pas celui de Mikkel mais qui lance les policiers sur la piste d’un tueur en série. Piste d’autant plus sérieuse que la ville de Winden a déjà dû faire face à la disparition d’enfant trente ans auparavant, quand le frère d’Ulrich Nielsen a lui aussi disparu aux abords de la forêt.  Lire la suite

The Deuce de David Simon

The Deuce est le surnom de la 42e rue dans la ville de New York, entre la 7e et la 8e Avenue, juste à côté de Times Square : une rue connue pour son trafic de drogue, ses bars homosexuels et ses prostituées. Dans le petit monde de la 42e, les proxénètes, comme C. C. (Gary Carr) et Larry (Gbenga Akinnagbe), sont des entrepreneurs qui gèrent un cheptel de prostituées comme Darlene (Dominique Fishback) et Lori (Emily Meade). Peu de prostituées comme Candy (Maggie Gyllenhaal) se paient le luxe (et surtout prennent le risque) de travailler en solo (les clients violents étant en général retenus par la menace du mac).

Pour faire illusion, des agents comme Chris Alston (Lawrence Gilliard Jr) et son collègue Danny Flanagan (Don Harvey) coffrent à intervalles réguliers les prostituées pour les relâcher le lendemain sans poursuites réelles. Une routine qui perturbe peu ce quartier, connu également pour ses bars, que fréquentent les mêmes prostituées, leurs proxénètes, leurs clients et parfois la police — ou les mafieux. Vincent Martino (James Franco) veut ouvrir son propre bar mais manque d’argent, d’autant qu’il doit payer les dettes de son frère jumeau Frankie (James Franco). Quand son beau-frère, Bobby (Chris Bauer, déjà vu dans The Wire comme le chef des dockers), doit arrêter de travailler sur des chantiers pour des raisons de santé, il est contraint d’accepter la proposition d’un mafieux local : d’abord il devient le gérant d’un de ses bars, puis celui d’une de ses maisons closes.

Au tournant des années 70, la municipalité a décidé de « nettoyer » le quartier et les prostituées gênent l’essor immobilier de ce dernier. Pouvoirs publics, mafia et police travaillent alors main dans la main devant la promesse de profits juteux. Le paysage évolue alors vite : l’industrie pornographique prend son essor et offre une porte de sortie à celles qui comme Candy ne veulent pas finir dans la rue et veulent garder leur indépendance. La mafia s’intéresse alors de près à l’industrie du sexe, avec la bénédiction des autorités qui y voit l’occasion unique de faire disparaître dans des maisons closes ou sur vidéo cette industrie lucrative mais gênante en terme d’image. Lire la suite

Big Little Lies de David E. Kelley et Jean-Marc Vallée

Lors d’un gala de charité organisé par l’école publique de Monterey (Californie), un meurtre est commis, ce qui amène la police à interroger les personnes présentes lors de cette soirée, soit l’ensemble des notables de la ville qui scolarisent leurs enfants dans cette école réputée. En plongeant dans les jours qui ont précédé le drame, les enquêteurs découvrent l’envers du décor idyllique de Monterey : des familles qui se détestent, par jalousie principalement, et de sombres secrets que tentent de cacher les couples, derrière leur façade de famille modèle.

Il y a  Madeline Mackenzie (Reese Witherspoon), une mère au foyer qui prend à cœur d’aider les autres, a une passion pour le théâtre (et pour son ami metteur en scène) et qui surtout aime se mêler de tout ; Celeste Wright (Nicole Kidman), une ancienne avocate, qui a arrêté de travailler pour élever ses jumeaux et qui maintenant doit dissimuler les traces des coups de son mari, Perry (Alexander Skarsgard), pour préserver l’image de cette famille parfaite ;  Renata Klein (Laura Dern), une femme d’affaire qui pense que toutes les autres mères la détestent, qui veut réussir tout ce qu’elle entreprend (y compris son rôle de mère) et qui élève sa fille comme une multinationale ; enfin Jane Chapman (Shailene Woodley), la prolo du casting qui s’est installée à Monterey pour donner à son fils une vie plus calme, mais qui n’a pas le niveau de revenus des autres femmes et se trouve ainsi marginalisée, malgré la présence bénéfique (et quelque peu exclusive) de Madeline.

Ainsi dans ce monde merveilleux des familles aisées, loin des frasques de L. A., un meurtre a été commis, probablement par l’un d’entre eux. Il y a donc quelque chose de pourri à Monterey… Lire la suite