Nos cinq (en fait six) séries préférées vues en 2020

La période de confinement a été une période propice pour de longues soirées devant un écran et de préférence devant des séries. Ces dernières apparaissent de plus en plus comme le lieu d’une certaine audace, là où le cinéma s’enlise dans le facile, le conventionnel et le bas du front.

Et pourtant l’année 2020 n’a pas offert un cru exceptionnel. On est loin des séries ambitieuses des débuts. Netflix, et à sa suite Amazon, commence à formater ses productions pour le grand public, même si pour remplir sa grille la chaine produit quelques ovnis qui semblent échapper à l’homogénéisation générale.

Voici donc nos cinq (en fait six) séries préférées vues en 2020 :

Lire la suite

The Queen’s Gambit de Scott Frank et Allan Scott

Elisabeth Harmon (Anya Taylor-Joy) est placée dans un orphelinat de jeunes filles suite au décès accidentel de sa mère. Sur place, elle devient amie avec Jolene (Moses Ingram), découvre les bienfaits des pilules rouges et vertes et surtout fait la rencontre de monsieur Shaibel (Bill Camp), le gardien de l’orphelinat qui l’initie aux échecs. A ses côtés, elle se révèle une joueuse hors-pair. Alors qu’elle pense être devenue trop âgée pour une adoption, elle est choisie par Alma Wheatley (Marielle Heller) pour devenir sa fille adoptive. Elisabeth découvre alors la vie de famille à l’américaine, une famille dysfonctionnelle dans son cas précis puisque très vite le mari d’Alma quitte le domicile pour ne plus y revenir et cette dernière n’a alors plus que l’alcool pour faire passer ses journées. Elisabeth découvre également les joies du milieu scolaire américain, où tout est lié à l’apparence. Etant plutôt chétive, mal habillée et peu sociable, Elisabeth est moquée par les autres. Mais elle ne s’en préoccupe guère tant son intérêt et son envie de jouer aux échecs domine tout. Ses premières victoires locales (et ses premiers gains) soulève l’intérêt d’Alma, qui de mère adoptive devient son agent… Lire la suite

Glass de M. Night Shyamalan

David Dunn (Bruce Willis), aidé de son fils, traque depuis plusieurs semaines un tueur en série qui s’en prend à des groupes de jeunes filles. Il ne connait pas l’identité de cet homme mais sait que ce dernier est comme lui un super héros, ou plutôt un super vilain que la presse a surnommé la Bête, compte tenu des cadavres déchiquetés qu’il laisse sur son passage. En combinant les informations que son fils a glanées auprès de la police, il identifie un périmètre dans lequel doit résider le tueur. Cette zone, composée principalement d’usines abandonnées, est le lieu idéal pour enfermer ses victimes avant de les tuer. David se rend sur place, parvient à identifier le tueur et à le suivre dans son repaire. Mais alors qu’il est tout prêt de mettre un terme à son errance, il est capturé par la police. A son réveil, il comprend qu’il a été transféré dans un hôpital psychiatrique, avec Kevin Wendell Crumb (James McAvoy) alias la Bête. La docteure Ellie Staple (Sarah Paulson) lui explique alors qu’elle mène une expérimentation pour soigner les personnes délirantes qui pensent être des super héros, qu’elle a commencé son traitement sur Elijah Price (Samuel L. Jackson) et qu’elle compte bien le poursuivre sur lui et Kevin. Lire la suite

Split de M. Night Shyamalan

La fête d’anniversaire de Claire (Haley Lu Richardson) se termine et son père par gentillesse décide de ramener chez elle, Marcia (Jessica Sula), la meilleure amie de Claire et Casey (Anya Taylor-Joy), une fille de leur classe. Cette dernière est un peu le mouton noir du groupe, invitée à la fête d’anniversaire plus par pitié que par sympathie. Sur le parking, tandis que les trois filles sont déjà installées dans la voiture, le père est abordé par un homme alors qu’il range quelque chose dans le coffre. On ne voit pas ce qui se passe à l’extérieur de la voiture, mais le visage décomposé de Casey quand la portière conducteur s’ouvre nous indique immédiatement que quelque chose ne va pas. L’homme prend la place du conducteur, asperge les deux filles à l’arrière du véhicule puis Casey à l’avant d’un gaz soporifique. Les trois jeunes filles se réveillent quelques heures plus tard dans un local sous terre. Elles découvrent alors que celui qui  les a kidnappées souffre de dédoublement de la personnalité. Le spectateur peut d’ailleurs le suivre dans ses séances chez sa thérapeute et apprendre qu’il a développé 23 personnalités différentes. Lire la suite

The Witch: A New England Folktale, de Robert Eggers

Dans la Nouvelle-Angleterre à l’époque du Commonwealth, William (Ralph Ineson) et Katherine (Kate Dickie), et leurs cinq enfants, sont chassés de la plantation. Obligés de s’exiler loin de la civilisation, ils s’installent à l’orée d’une forêt, dans une ferme, où ils tentent de vivre, en cultivant la terre et en priant, selon leurs convictions puritaines. Mais bientôt, la disparition inexpliquée du bébé vient plonger la famille dans la douleur, et leur fille ainée, Thomasin (Anya Taylor-Joy), semble catalyser des phénomènes que tous vont identifier comme diaboliques. Face aux malheurs qui s’abattent sur eux, les membres de la famille se tournent de plus en plus vers Dieu, et se retournent les uns contre les autres.

La Nouvelle-Anglette puritaine du XVIIe siècle, la forêt, les contes populaires, la sorcellerie : laissons-nous séduire par l’appel du sabbat…

Lire la suite