Communardes ! (3 tomes) de Wilfrid Lupano et al.

« La Révolution n’est pas qu’une affaire d’hommes. Rebelles. Militantes. Citoyennes. » Telle est l’accroche de cette série de trois tomes (Wilfrid Lupano a annoncé un quatrième à l’automne 2016), indépendants les uns des autres, menée par Lupano : chaque tome est consacré à un personnage féminin plongé dans les péripéties de la Commune. Le premier tome, Les Eléphants rouges (dessin de Lucy Mazel) suit Victorine, onze ans, qui, alors que les Prussiens assiègent Paris en cet hiver 1870, continue de s’occuper de Castor et Pollux, deux éléphants du Jardin des Plantes. Sa passion pour les éléphants, l’engagement de sa mère dans le mouvement des femmes et les contingences du siège de Paris vont se télescoper dans un fracas dramatique. Le deuxième tome, L’Aristocrate fantôme (dessin de Anthony Jean), est consacré à Elisabeth Dmitrieff, aristocrate russe ayant épousé la cause du peuple, envoyée par Karl Marx depuis Londres pour s’informer sur la Commune. Mais Elisabeth ne va pas se contenter de regarder et va rapidement s’impliquer, devenant la présidente de l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés, regroupant ces femmes qui réclament l’égalité, y compris celle de se battre pour défendre la Commune. Le troisième tome, Nous ne dirons rien de leurs femelles… (dessin de Xavier Fourquemin), suit les déboires de Marie, domestique chez un riche famille noble vivant bourgeoisement à Paris, d’abord compagnon et amie d’enfance de la fille héritière de la famille, Eugénie, mais qui va accumuler rancoeurs et frustrations de classe, et qui trouvera dans la Commune une occasion en or de régler ses comptes avec ses anciens employeurs…

Lire la suite

La Commune (Paris, 1871) de Peter Watkins

La Commune (Paris, 1871) de Peter Watkins

Film français de Peter Watkins, sorti en 2000. Le film a une durée de plus de 5 heures et a été divisé en deux parties.

Nous sommes en 1871, à Paris, dans le XIe arrondissement. Les troupes françaises viennent d’être battues par l’armée prussienne, et Napoléon III a été renversé et la république proclamée le 4 septembre 1870. Un gouvernement de défense nationale a été mis en place, dans le but de poursuivre la guerre alors que Paris était assiégé et que les Parisiens ont vécu des mois de misère dans la capitale. Le 28 janvier 1871, Jules Favre, ministre des Affaires étrangères signe un armistice avec le chancelier allemand Bismarck. Aux élections du 8 février suivant, une grande majorité de monarchistes fait son entrée à l’assemblée, ayant fait campagne en promettant le retour à la paix et à l’ordre. Le fossé se creuse alors entre les Parisiens éprouvés par le siège et refusant la capitulation, et l’assemblée composée principalement de défenseurs de la paix. Le 17 mars 1871, sous les ordres du gouvernement d’Adolphe Thiers, des troupes sont envoyées aux Buttes Chaumont pour s’emparer des canons de la Garde nationale. Le peuple de Paris se sentant menacé, s’empare des canons, fraternise avec les troupes. Le gouvernement de Thiers devant l’échec de cette manœuvre, quitte Paris et se réfugie à Versailles. Dans les jours qui suivent, la Commune de Paris est proclamée, alors que le gouvernement réfugié à Versailles remobilise ses troupes. Lire la suite