Zootopia de Byron Howard et Rich Moore

Dans le petit village de Bunnyburrow, Judy, une jeune lapine, joue dans une pièce de théâtre dans laquelle il est rappelé qu’auparavant les animaux se divisaient en deux clans bien distincts (et irrémédiablement opposés) : les prédateurs et les proies. A présent, les animaux ont évolué ( ?) et cette distinction prédateurs / proies n’a plus lieu d’être… ce qui n’empêche pas Judy d’être agressée par un renard à la sortie de la représentation en voulant aider un mouton. Qu’importe, Judy rêve de devenir un policier, malgré sa taille (et son statut de proie) et elle accomplira son rêve.

Quinze ans ont passé et Judy est enfin devenue policière. Elle quitte donc ses parents pour se rendre à la capitale Zootopie où l’attend sa première affectation. Malgré les craintes éprouvées par ses parents, Judy part confiante vers Zootopie, persuadée qu’elle pourra enfin exercer le métier de ses rêves. Problème : lors du premier débriefing de la journée, Rudy est affectée à la circulation alors que les autres policiers sont envoyés sur le terrain pour enquêter. Judy décide de ne pas sombrer dans la morosité, elle parviendra avec le temps à faire accepter sa présence parmi l’escouade et à se voir confier une vraie mission… Lire la suite

Maleficent (Maléfique) de Robert Stromberg

On se souvient tous de la méchante fée que l’on a vu, petits, dans La Belle au bois dormant. Comment ça, non ? Bon, les djeunses, on se tait et on regarde ses classiques Disney avant de la ramener comme ça. Donc, je disais : on se souvient tous de la méchante fée, tout de noir vêtue et avec un chapeau bizarre, qui venait maudire la princesse à peine née dans La Belle au bois dormant. Elle faisait peur, elle avait la peau bleue et elle était accompagnée d’un corbeau à l’oeil glauque. Hé bien en 2014, Disney s’est dit qu’il était temps de nous raconter la véritable histoire de Maléfique, la méchante fée, le tout en 3D et avec Angelina Jolie.

Maléfique, donc, était une fée jeune et pure avec des parents qui avaient un sens de l’humour particulier, lui ayant donné un prénom pas facile, facile à porter. Du coup, ça a dû peser un peu sur son inconscient, à la petite. Ou alors ils avaient le don de voir quel destin elle suivrait et se sont dit autant lui donner un prénom qui va avec. Ou encore c’était par rapport au physique : elle était née avec des cornes (et oui, ce n’était pas un chapeau bizarre dans le dessin animé, mais des cornes !) et des ailes, et du coup ils se sont dit, bon, autant y aller franco et lui donner un nom qui aille avec son apparence démoniaque. Enfin, bref. Maléfique est donc une jeune fée pure qui aime s’amuser et voler au-dessus du royaume des fées. Un jour, elle rencontra un jeune humain, Stephan, qui s’était aventuré dans le pays des fées pour y voler quelque chose, étant orphelin et pauvre. Elle le trouva sympathique et une amitié naquit, amitié qui se transforma, au fil des années, en amour. Entre temps, Maléfique avait grandi, ses pouvoirs aussi, et elle était devenue la protectrice du royaume des fées. Lorsque le roi des hommes envoya ses armées pour le conquérir, elle n’en fit qu’une bouchée (enfin, surtout grâce aux ghille dhu qui répondent à ses ordres… moi je dis ça, je dis rien). Le roi annonça alors sur son lit de mort que quiconque parviendrait à défaire Maléfique lui succéderait sur le trône. Stephan, entendant cela, décida d’utiliser l’amour que lui portait Maléfique pour la trahir. Profitant de son inattention, il lui fit boire une potion de sommeil (sortie d’on ne sait où, truc d’orphelins travaillant dans le château royal, sans nul doute) et lui coupa ses ailes qu’il rapporta au roi, montant ainsi sur le trône.  De cette trahison naquit Maléfique, la fée noire qui ne croyait plus en l’amour véritable et qui n’avait qu’un but en tête : se venger… Lire la suite