Hail, Caesar! (Ave, César !) de Joel & Ethan Cohen

Eddie Mannix (Josh Brolin) est producteur pour une major hollywoodienne. Son travail consiste à surveiller ses acteurs tels Baird Whitlock (George Clooney), la star mystérieusement disparue de sa prochaine super-production, Hail, Caesar !, un péplum sur la vie de Jésus ; arranger leur vie comme par exemple le mariage d’une autre star, DeeAnna Moran (Scarlet Johansson) ; aller se confesser ; gérer la presse notamment les soeurs jumelles, Thora et Thessaly Thacker (Tilda Swinton) de la gossip column des journaux à potins hollywoodiens ; arrondir les angles avec les réalisateurs tels que Laurence Laurentz (Ralph Fiennes), le réalisateur britannique précieux (c’est un pléonasme !) ; aller se confesser ; gérer ses acteurs tels le séducteur Burt Gurtney (Channing Tatum) qui est en réalité un agent communiste au service de l’URSS ; consulter des consultants pour s’assurer de la bonne réception de ses films ; gérer ses acteurs du type Hobie Doyle (Alden Ehrenreich), un cowboy simplet qui joue des rôles de cowboys simplets . Eddie Mannix a une vie trépidante, donc, et se confesse souvent. Il rêve, parfois, d’avoir un autre métier, un métier qui lui donnerait plus de temps pour sa famille. Du coup, l’offre que lui fait Lockheed pour l’embaucher est vraiment tentante. Va-t-il renoncer à la folie hollywoodienne pour le prestige d’un emploi stable dans le complexe militaro-industriel ? Lire la suite

Publicités

Tomorrowland de Brad Bird

« Quand j’étais petit, le futur était… différent. » Ainsi parle Frank Walker lorsqu’il évoque les années 60, lorsqu’on imaginait un futur fait de prouesses technologiques, de merveilleux scientifique, allant des transports en commun volants, aux tours effilées s’élevant vers le ciel en passant par les navettes spatiales qui permettraient d’explorer de lointaines galaxies ou par les progrès de la médecine qui permettrait alors de guérir les maladies. En ce temps-là, le futur s’incarnait dans des expositions universelles où des visionnaires comme Walt Disney aimait à le conjurer dans des projets futuristes dans lesquels il inventait un futur merveilleux. En ce temps-là, donc, le futur possible était encore synonyme d’utopie. Aujourd’hui, le futur a disparu, car il ne promet que catastrophes, fin(s) du monde, et désastre écologique, nucléaire, humain généralisé. De fait, nous nous repaissons de films catastrophes, de films post-apocalyptiques, de films de zombie qui sont autant de manières de conjurer notre absence de futur. Le futur ne peut être que dystopique.

Qu’est-ce qui a changé ? Pourquoi ne sommes-nous plus capables de rêver qu’un autre futur est possible ? Voilà la question passionnante, extraordinaire, fondamentale que pose Tomorrowland. La réponse est un peu décevante. Lire la suite

The Monuments Men de George Clooney

The Monuments Men de George ClooneyGeorge Clooney revient sur un épisode méconnu et véridique de la Seconde Guerre mondiale, quand les Alliés décidèrent de remettre la main sur tous les tableaux volés et déplacés par les nazis. The Monuments Men raconte donc l’histoire de cette brigade improbable, mise sur pied par un professeur de Harvard et qui devait, en suivant l’avancée des troupes alliées, retrouver les chefs-d’œuvres de l’humanité, quitte à pénétrer du côté allemand, pour les sauver avant que ces derniers, de dépit, y mettent le feu. L’équipe était composée de sept membres : Frank Stokes, James Granger, Richard Campbell, Walter Garfield du côté américain, Donald Jeffries un anglais et notre emblème national Jean-Claude Clermont. Des directeurs de musée, des spécialistes d’architecture ou de restauration, qui allaient pour un temps et pour la sauvegarde du patrimoine de l’humanité devenir des soldats… Lire la suite

The Ides of March de George Clooney

https://lesboggans.files.wordpress.com/2011/11/1ab14-ides2bof2bmarch2bnew2bposter.jpg?w=210&h=300Stephen Meyer est l’un des deux conseillers du démocrate, Mike Morris, candidat à la primaire démocrate. Favori des sondages, son succès à la primaire lui ouvrirait, selon certains, les portes de la Maison-Blanche. Mais dans l’Etat de l’Ohio sa course pour l’élection se complique. En effet, l’Ohio organisant un vote ouvert (incluant donc le vote des sympathisants républicains), Morris est donné battu. Les journalistes pensent que les républicains de peur de l’affronter à l’élection présidentielle vont faire le jeu de son concurrent, Pullman. Pour atténuer une éventuelle défaite dans l’Ohio, Stephen ainsi que Paul Zara, l’autre conseiller de Morris, tentent de séduire un autre sénateur, Thompson, sénateur démocrate de la Caroline du Sud qui a en sa main le vote des super délégués. Alors que Paul rencontre Thompson pour le convaincre de soutenir Morris, Stephen est contacté par l’équipe adversaire qui veut le voir pour lui faire des propositions. Stephen accepte de rencontrer la partie adversaire sans se rendre compte des conséquences de son choix.

Lire la suite