Passengers de Morten Tyldum

Le vaisseau spatial Avalon (ouh !) a quitté la Terre il y a trente années, avec à son bord 5 000 individus, en direction de la planète Homestead II. Le voyage devant durer 120 années, les personnes à bord du vaisseau ont été placés en hibernation et ne devaient se réveiller que quelques mois avant l’arrivée sur la planète. Mais suite à une collision avec un champ d’astéroïdes, le vaisseau a été endommagé et une cabine d’hibernation a prématurément réveillé son occupant. Jim Preston, un ingénieur mécanique, s’éveille donc avec 90 ans d’avance, seul, dans un vaisseau qui semble avoir subi quelques avaries. Dans un premier temps, il tente d’occuper son temps du mieux qu’il peut, en jouant, en regardant des films ; puis l’ennui le guettant, il décide de réveiller une autre personne, une femme qu’il a repérée dans les données du vaisseau. En décidant de réveiller Aurora Lane, il sait que ce faisant il la condamne comme lui à mourir lors du voyage et à ne pas vivre une nouvelle vie sur Homestead II. Lire la suite

X-Men: Apocalypse de Brian Singer

Avec l’été arrive le temps des nanars version grands studios américains, autrement appelés blockbusters. Nanar n°1 : X-Men: Apocalypse. Aucun souvenir du précédent, mais au vu du scénario de celui-là, cela ne pose aucun problème. Nous voici donc plongés en Egypte, pendant l’Antiquité (le fan de blockbusters ne boude pas une référence ou deux à l’Histoire avec un grand H). Le peuple égyptien se courbe devant le Dieu Apocalypse qui, avec la complicité de ses quatre cavaliers, va transférer sa conscience dans un nouveau corps (interprété par Oscar Isaac que l’on ne voit qu’une seconde à l’écran). Des opposants au dieu Apocalypse tente de le tuer pendant le processus, mais ils échouent en partie : s’ils parviennent à tuer les quatre cavaliers (quand même !), ils ne réussissent cependant pas à tuer le Dieu ; à défaut ils l’enferment sous d’énormes blocs de pierre.

Saut dans le temps : nous voici à présent aux USA dans les années 80 alors que Xavier (James McAvoy) vient de fonder une école pour les mutants, où il accueille en ce début de film, Scott Summers (Tye Sheridan), avec ses lasers à la place des yeux ; Kurt Wagner (Kodi Smit-McPhee), un nightcrawler ramené par Mystic (Jennifer Lawrence) ; et la télépathe Jean Grey (Sophie Turner, la Sansa de GoT). Pendant ce temps, en Pologne ( ?) Erik tente de reprendre une vie normale entre boulot en usine, femme et enfant à la maison.

Mais la société reste divisée sur les sorts à réserver aux mutants et l’arrivée du Dieu Apocalypse, libérée par une archéologue fouineuse, Moira (Rose Byrne), dont on est apparemment censé se rappeler d’un précédent opus, ne va pas arranger les relations entre humains et mutants. Lire la suite

The Hunger Games: Catching Fires (L’Embrasement) de Francis Lawrence

Six mois après avoir remporté les 74e « jeux de la faim », Katniss et Peeta sont de retour dans le district 12. Ils sont à présent logés avec leur famille dans des bâtiments plus luxueux et peuvent enfin reprendre gout à la vie. Les médias sont toujours à leur trousse, d’autant que le public a adhéré complètement à leur histoire d’amour. Ils en redemandent donc et les deux gagnants vont devoir à présent, et jusqu’à la fin de leur existence, faire vivre ce mensonge.

Un homme n’a pas cru une seconde à leur histoire d’amour, le président Snow. Il voit dans la manœuvre de Katniss non une preuve d’amour pour Peeta mais une marque de défiance vis-à-vis du pouvoir. Ce dernier se présente donc dans le district 12 pour prévenir Katniss que si elle recommence, sa famille en pâtira.

Comme prévu dans l’organisation des jeux, les deux gagnants vont faire le tour des différents districts pour rencontrer la population. Mais ce tour de la victoire se passe mal et dans de nombreux districts les populations se soulèvent à la vue des deux gagnants. Snow décide alors de se débarrasser d’eux, car ils sont devenus trop gênants face à une population qui ne doit pas avoir d’espoir. Il modifie le règlement des jeux et impose que les participants des 75e jeux soient pris parmi les précédents gagnants. Peeta et Katniss étant les deux seuls gagnants du district 13 avec Haymitch, ils savent qu’ils vont à nouveau devoir combattre et tuer pour leur survie. Lire la suite

X-Men : Days of Future Past de Bryan Singer

Je ne sais pas combien ils paient pour le titre des films, mais là chapeau, ça mérite son pesant de cacahuètes. En même temps X-Men dans le passé 2, ça fait pas trop classe.

Dans le futur, la guerre entre les humains et les mutants fait rage et contre les mutants, les humains emploient les Sentinelles, des robots qui peuvent s’adapter aux pouvoirs de leurs proies (par exemple, une sentinelle face à un mutant ayant des pouvoirs de feu pourra utiliser des pouvoirs de glace et de froid) . La résistance s’est organisée autour de Xavier (Patrick Stewart) et Eric (Ian McKellen), mais elle s’est considérablement affaiblie et ne compte plus que quelques membres, Omar Sy compris ce qui montre à quel point ils sont mal. Comprenant qu’ils vont être exterminés par les Sentinelles, et que leurs heures sont comptées, Xavier décide d’envoyer Wolverine dans le passé, afin qu’il modifie le cours de l’histoire (et surtout qu’il empêche la généralisation des sentinelles) grâce aux pouvoirs de Kitty Pride (Ellen Page).

Wolverine fait donc un bond dans le passé, dans les années 70 pour retrouver Xavier et les autres mutants. Il retrouve sans difficulté ce dernier sous les traits de James McAvoy, mais a toutes les peines du monde à le convaincre de participer à l’opération, jusqu’à l’évocation du nom de Mystique. Elle est en effet en partie responsable du développement des Sentinelles, car en tuant leur créateur, elle a précipité la décision du gouvernement de se protéger des mutants, qu’ils voient comme une menace, et s’est faite capturée, le gouvernement créant les Sentinelles à partir de l’ADN de Mystique. Du coup, Wolverine et Xavier s’emploient alors à aller libérer Magneto (Michael Fassbender), celui-ci étant enfermé sous le Pentagone, accusé d’être responsable de l’assassinat de Kennedy. Lire la suite