Joker de Todd Phillips

Arthur Fleck (Joaquin Phoenix) vit seul avec sa mère (Frances Conroy) dans un appartement miteux de Gotham City, vivovant avec un petit boulot précaire, aux prises avec sa maladie mentale et sa solitude extrême, regardant fidèlement Live with Murray Franklin, un talk-show animé par le présentateur éponyme (Robert De Niro), écoutant sa mère lui raconter que la Wayne Enterprise, pour laquelle elle travaillait autrefois, formait une famille, l’aidant à envoyer les lettres qu’elle écrit à Thomas Wayne pour lui demander de l’aide… Mais dans une Gotham ravagée par les politiques libérales de désengagement, la dernière ancre, aussi futile était-elle, qui arrimait Arthur à la société, sa psychologue, est levée lorsque la ville coupe les budgets sociaux : « They don’t give a shit about people like you, Arthur. And they don’t give a shit about people like me either ». Alors, confronté à lui-même, à la ville comme espace du néolibéralisme sauvage et de la décrépitude sociale, à la folie de sa mère, Arthur entre dans une spirale de violence et de chaos de laquelle va émerger Joker. Lire la suite

The Sisters Brothers de Jacques Audiard

Les frères Sisters, Eli (John C. Reilly) et Charles (Joaquin Phoenix),  sont les hommes de main du Commodor et sont réputés pour accomplir leurs missions avec brutalité et sans la moindre compassion pour leurs victimes. Alors qu’Eli songe à mettre un terme à son engagement pour s’établir quelque part, Charles n’y entend rien et accepte une énième mission du Commodore, au prétexte qu’elle parait facile : ils doivent procéder à l’arrestation d’un homme, Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed), qui a fui mais a déjà été repéré en direction de l’Ouest par un détective, John Morris (Jake Gyllenhaal). Lorsque John Morris les informe qu’il a lui-même procédé à l’arrestation de Warm, sans leur intervention, et qu’ils n’ont plus dès lors qu’à venir chercher le paquet, Eli et Charles pensent que la poursuite de la mission se fera sans encombre. Mais au point de rencontre, Morris et Warm ne sont pas là et les frères Sisters apprennent qu’ils ont fui ensemble. Eli veut arrêter la mission, prétextant qu’ils n’ont été payés que pour aller chercher Warm pas pour le traquer lui et Morris, Charles veut continuer, pour le Commodore, mais pas uniquement… Lire la suite

Irrational Man de Woody Allen

Woody Allen réalise un film par an, a décidé il y a quelques années (fort du succès de ses films sur le vieux continent) de poser sa caméra en Europe : après trois films réalisés à Londres (Match Point, Scoop, Le rêve de Cassandre), puis un film en Espagne (Vicky, Cristina, Barcelona), un à Paris (Midnight in Paris), et un dernier à Rome (To Rome with Love), Woddy Allen semble revenir à ses premiers amours : New York, le milieu universitaire et les histoires d’amour version midinette. Quand on fait de la quantité, généralement la qualité est moindre et c’est bien tout le problème de ce réalisateur. Le dernier film que j’ai aimé de lui était Midnight in Paris, depuis j’en ai raté quelques uns mais le peu que j’ai vu m’a toujours laissé cette impression de déjà-vu. Pire on a l’impression que depuis de nombreuses années, il radote grave le pépère. Au moins il a arrêté de jouer dans ses films, c’est toujours cela de pris.

Irrational Man peut se résumer en une phrase : un professeur de philosophie, Abe (Joaquin Phoenix), qui jusque là n’arrivait pas à s’engager autrement que par ses vaines prises de paroles (ses engagements humanitaires lui ayant laissé l’impression de se battre contre l’impossible), trouve du réconfort à l’idée de tuer quelqu’un, d’agir enfin concrètement pour changer la vie des autres. Sa décision prise, lui, qui jusqu’à présent n’arrivait plus à vivre, à respirer, à apprécier la vie (et à faire l’amour), redécouvre la vie, le désir, l’appétit et croit alors avoir accompli le crime parfait tout en œuvrant pour le bien commun. Lire la suite

Inherent Vice de Paul Thomas Anderson

1970. Gordita Beach, comté de Los Angeles. Larry « Doc » Portello (Joaquin Phoenix) est un privé hippie qui reçoit la visite surprise de son ex-girlfriend qui lui fait le numéro de la séduction pour qu’il l’aide dans une sordide affaire d’adultères impliquant un riche magnat de l’immobilier, sa femme et l’amant de sa femme, le but étant de faire interner le drôle pour récupérer le pognon, en utilisant la première affaire d’adultère comme prétexte. Vous me suivez ? Non, c’est pas grave, « Doc » non plus, mais il y va quand même, parce qu’il est sympa, et que c’est un privé hippie.

Suivons-le, donc, dans un crazy trip dans le LA de l’orée des seventies, avec des femmes fatales infidèles, des bikers nazis, des Black Panthers, des Indonésiens trafiquants de drogue, des musicos dopés (of course), des ex-camés, des junkies en activité, des agents du FBI, un policier du LAPD un peu dingue, des dentistes totalement déjantés et adeptes de l’évasion fiscale (et pas que), une assistante du procureur rigide mais qui aime les trips bad boys, des milices privés anti-hippie et pro-Nixon. Suivons-le, donc, dans le tableau kaléidoscopique de l’ère hippie lorsque le rêve tourne au cauchemar. Et que le retour d’acide devient synonyme de bad trip. Lire la suite

The Immigrant de James Gray

The Immigrant de James Gray

Au début des années 1920, Ewa Cybulski (Marion Cotillard) et sa sœur Madga débarquent aux États-Unis après un long et pénible périple en bateau depuis leur Pologne natale. Mais avant de fouler le sol américain, il leur faut passer par le tri sur Ellis Island. Ewa tente de rassurer au mieux sa sœur qui est malade depuis son voyage en bateau. Elle sait que si les autorités soupçonnent sa sœur d’être porteuse de maladie contagieuse (comme la tuberculose), elle sera renvoyée en Europe. Dans la file qui se forme devant les bureaux d’Ellis Island, Madga est repérée par un gardien et envoyée malgré les protestations de sa sœur dans l’hôpital de l’ile. Ewa, quant à elle, se voit refuser son entrée aux États-Unis suite à des rapports faits sur le bateau la qualifiant de « femme de peu de mœurs ». Elle est donc renvoyée vers une autre file, celle des prochains expulsés.

Un homme suit Ewa depuis qu’elle s’est vue signifier son expulsion. Il lui propose d’intervenir en sa faveur pour qu’elle puisse quitter Ellis Island. Ewa accepte, part avec cet homme et finit par travailler pour lui dans l’espoir qu’il fasse sortir sa sœur de l’hôpital d’Ellis Island. Bruno (Joaquin Phoenix) travaille dans un cabaret où il monte des spectacles avec des filles dénudées. Il accepte aussi, moyennant finance, que ses filles se prostituent pour des clients. La beauté d’Ewa est bientôt remarquée par ces derniers. Toujours dans l’espoir de faire libérer sa sœur, Ewa devient une prostituée…

Lire la suite