Fantastic Beasts and Where to Find Them de David Yates

Newt Scamander (Eddie Redmayne) débarque à New York, en provenance de Londres, une valise à la main remplie de bêtes fantastiques. Les douanes moldues américaines, pourtant en alerte, ne repèrent — évidemment — pas les animaux et Newt peut alors fouler tranquillement le sol américain. En chemin, il croise Mary Lou Barebone (Samantha Morton), une militante anti-magiciens, accompagnée de sa ribambelle d’enfants adoptés, Jacob Kowalski (Dan Fogler), un manœuvre qui cherche un prêt bancaire pour ouvrir sa pâtisserie et enfin Tina Goldstein (Katherine Waterston), une sorcière américaine. Pourquoi autant de rencontres ? C’est très simple : en écoutant Mary Lou Barebone, Newt n’a pas surveillé sa valise, un animal s’en est échappé et s’est réfugié dans la banque où Jacob attendait son prêt et Newt en voulant récupérer l’animal s’est fait repérer par Jacob et surtout par Tina. Et comble du malheur (mais habileté scénaristique), Newt a échangé sa valise avec Jacob et quand ce dernier l’ouvre dans son appartement d’autres créatures s’en échappent. C’est quand même pas de chance.  Lire la suite

Publicités

Mordecai de David Koepp

L’Honorable Charles Strafford Van Cleef Mortdecai (Johnny Depp) – Charlie Mortdecai pour les intimes – est un historien, collectionneur et receleur d’art. Confronté à des difficultés financières, comme tout aristocrate oisif, il doit accepter une mission pour le compte du Mi5, dirigé par Martland (Ewan McGregor) un ami de son épouse, la délicieuse Johanna (Gwyneth Paltrow) : retrouver un Goya dérobé alors qu’il était en Grande-Bretagne pour restauration. Mais derrière ce Goya se cache la piste menant à un secret remontant à la Seconde Guerre mondiale. Accompagné de son fidèle valet, homme à tout faire et homme de main, Jock (Paul Bettany), Mortdecai se lance donc à la recherche du Goya convoité. Espionnage, art, mafia russe, collectionneurs mégalomaniaques, gentlemen‘s clubs enfumés et femmes fatales vont donc se mêler dans un ton burlesque et so British !

Lire la suite

Transcendence de Waaaaa-lly Pfister

Oui, bon, ça commence mal cet article.

Allez un peu de sérieux.

Donc, voilà : le professeur Will Caster (Johnny Depp) est un chercheur renommé pour ses travaux dans le domaine de l’intelligence artificielle, de même que sa compagne, Evelyn (Rebecca Hall). De fait, Evelyn et Will donnent des conférences TED et minaudent à l’écran en montrant le prototype d’intelligence artificielle à Cillian Murphy qui est un agent du FBI, ce qui a le don d’énerver un groupe terroriste anti-technologie de néo-luddites (ce qui, soit dit en passant et histoire de faire mon cuistre, est une profonde insulte envers les luddites, témoignant d’une méconnaissance de ce qu’ils étaient). Or, donc, Bree (Kate Mara, vue dans House of Cards et toujours aussi insupportable et peu crédible) parvient à blesser Will lors d’un attentat. La blessure est superficielle… ouf ! Sauf que Bree et les siens ont empoisonné la balle avec du polonium (ce sont sans doute des agents du FSB !) et les jours de Will sont à présent comptés… Reprenant les travaux d’un collègue, Will projette alors de « sauvegarder » sa conscience en la téléchargeant dans un ordinateur suffisamment puissant pour l’accueillir, échappant ainsi à la mort programmée (ah, ah !). Lire la suite