Now You See Me 2 de Jon M. Chu

Retour en 1984. Le magicien Lionel Shrike va tenter, devant les caméras de télévision et sous le regard inquiet de son fils Dylan, de se libérer d’un coffre-fort plongé dans une rivière et où il a été enfermé pieds et poings liés. L’exploit est commenté par le debunker de la magie, Thaddeus Bradley (Morgan Freeman), qui prétend depuis le début de la retransmission que cette entreprise est vouée à l’échec. Quelques minutes plus tard, alors que Lionel Shrike n’est toujours pas réapparu à la surface de l’eau, son fils est évacué et les secouristes commencent à plonger pour récupérer le coffre-fort.

Retour dans le présent. Les Horsemen se sont tus depuis un an, depuis leur dernière prestation en fait et suivent à présent des chemins séparés. Ils se réunissent pourtant, à l’occasion d’un gigantesque show pendant lequel ils doivent dénoncer Owen Case, le directeur exécutif d’une compagnie appelée Octa et soupçonnée d’utiliser frauduleusement les informations personnelles de ses clients.  Mais alors qu’ils parviennent sans problème à saboter la présentation d’Owen Case, ils sont eux-mêmes pris à partir par une voix inconnue qui révèlent au public leur identité ainsi que celle de Dylan Shrike (Mark Ruffalo). Ils doivent fuir et se retrouvent piéger à Macau, dans les mains d’un autre magicien. Lire la suite

Spotlight de Tom McCarthy

Boston, 2001 : Marty Baron (Liev Schreiber) est le nouvel éditeur du réputé Boston Globe. Engagé pour améliorer la rentabilité du journal, il demande à Walter « Robby » Robinson (Michael Keaton), qui dirige « Spotlight », une équipe de quatre journalistes au sein du Boston Globe, spécialisée dans les reportages de fond et dans l’investigation de longues périodes, de concentrer son attention sur une affaire de prêtre pédophile couverte par l’Eglise catholique de Boston, notamment par le cardinal Law. L’enquête qui va en résulter sera longue, difficile, rencontrera l’hostilité et de nombreuses difficultés, sera reportée du fait du 11-Septembre, mais finalement aboutira à la révélation du plus grande scandale au sein de l’Eglise catholique, au point d’entrer dans l’histoire et de provoquer une série de révélations similaires dans tous les Etats-Unis et dans le monde entier. Lire la suite

Avengers : the Age of Ultron de Joss Whedon

Après avoir sauvé New York (mais pas empêché sa destruction) et le monde de vilains extra-terrestres dont j’ai oublié le nom dans le précédent opus, la joyeuse équipe composée d’Iron Man (Robert Downey Jr), de Thor (Chris Hemsworth), de Captain America (Chris Evans), de Hulk (Mark Ruffalo), de Veuve noire (Scarlet Johansson) et de Hawkeye (Jeremy Renner) doit se rassembler à nouveau (sous la houlette du meilleur réalisateur américain de films de super-potes, Joss Whedon) pour affronter un péril encore plus grand : Skyn– euh non, la Matri– ah non, toujours pas, Ultron (voilà c’est ça !), une IA méchante parce qu’elle veut sauver le monde de son plus grand péril : l’humanité. Etonnant, non ? Lire la suite

The Avengers de Joss Whedon

https://i1.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f9/TheAvengers2012Poster.jpg/220px-TheAvengers2012Poster.jpgAprès Iron Man I & II, après Thor, après Captain America, les différents Hulk, tous aussi ratés les uns que les autres (à l’exception notable du premier Iron Man qui était drôle et efficace), c’est avec une certaine appréhension que les boggans sont allés voir le film sur la team au complet. Pour ma part, je comptais sur la patte de Joss Whedon telle qu’il l’avait montré dans Buffy, Firefly ou même — dans une moindre mesure — Doll House : l’esprit d’équipe, les cascades, et de vrais personnages féminins, il sait faire Joss. Sans avoir vu de bande-annonce ni même connaître le pitch du film, nous sommes arrivés en retard et avons donc raté les premières minutes du film. Or, de quoi est-il question ?

Lire la suite