Frenchman et Pawnee de Patrick Prugne

1803, la Louisiane vient d’être cédée à la jeune nation des États-Unis. En mai 1804, le président américain Thomas Jefferson envoie une petite flotte de trois embarcations pour remonter le Mississippi pour rejoindre le petit village de Saint Charles. Le but de l’expédition est de partir explorer cette région alors aux mains de tribus indiennes. Ils se font aider par des coureurs des bois, venus du Canada, qui connaissent mieux ces lieux et leurs habitants.

Octobre 1803, en France, dans un petit village de Normandie, l’armée enrôle des troupes pour faire face aux nouveaux conflits. Lors du tirage au sort, Alban échappe à l’enrôlement alors que son ami Louis, le fils d’un noble local, est lui enrôlé. Louis accepte son sort et part pour l’armée mais son père n’entend pas en rester là. Il propose aux parents d’Alban d’acheter le numéro d’exempté de leur fils. Ces derniers pauvres acceptent le marché et alors que Louis revient au village croyant bénéficier d’une permission, Alban est envoyé à Honfleur d’où il embarque pour la Nouvelle France. Apprenant le geste de son père, Louis promet à Angèle, la sœur d’Alban et son amoureuse, d’aller en Nouvelle France pour le ramener…

Sept ans se sont écoulées depuis le départ de Louis vers la Nouvelle France, à la recherche d’Alban. Les colons américains avancent sur les terres indiennes et repoussent les tribus vers l’Ouest de l’Ohio et la région des Grands Lacs. Deux chefs Shwanees unissent sous une même bannière les tribus indiennes rivales pour repousser les colons. Ils attaquent les troupes du général Harrison en novembre 1811 mais sont défaits par les troupes américaines. Ces dernières profitent alors de la situation pour lancer une nouvelle offensives sur les terres indiennes.

Angèle sans nouvelle de son frère et de son amant, décide avec l’aide de l’argent du père de Louis, de partir à son tour pour la Nouvelle France, dans l’espoir de les retrouver. Elle y débarque avec Léopold, un homme à tout faire, à l’été 1811 alors que les conflits avec les tribus indiennes font rage. Lire la suite

Publicités

Canoë Bay de Patrick Prugne et Tiburce Oger

Jack nait le 22 septembre 1746 en Acadie. Sa mère irlandaise meurt quelques jours après l’avoir mis au monde. Son père, français, est mort peu de temps auparavant, emporté par les fièvres. Avant de mourir, et immédiatement après lui avoir remis un pendentif, sa mère maudit les Anglais pour avoir tué un certain Jack, laissant ainsi sous-entendre que ce dernier est le véritable père du nouveau-né. L’enfant est confié à un orphelinat puis est recruté comme mousse dans la marine marchande anglaise. Il fait alors la connaissance d’Andrew, jeune gallois, et de Lucky Roberts, un vieux marin. Une nuit, Lucky Roberts prend la tête d’une mutinerie contre le commandement anglais et s’empare de deux navires, le sien et un bateau négrier dont il fait libérer tous les esclaves. Il épargne la vie des officiers de bord, mais garde comme rançon la fille du commandant. Pour échapper aux Anglais (surtout au père de la fillette), les mutins décident de se rendre en Nouvelle-France pour faire alliance avec les Français. Mais leur plan ne se déroule pas comme prévu et ils sont enrôlés de force dans les troupes françaises pour aller combattre contre les Anglais. Lire la suite

Iroquois de Patrick Prugne

En Juillet 1609, Samuel de Champlain, émissaire du Roi de France Henri IV dans la région de Québec, doit faire face à des raids meurtriers contre la colonie française installée sur les rives du Saint-Laurent. Envoyé quelques années auparavant pour occuper ce territoire et y développer le commerce des peaux, il sait qu’il doit « pacifier » ses relations avec les tribus locales pour maintenir la colonie. Après avoir bâti une première installation en bois sur les rives du Saint-Laurent, Champlain a réussi à établir des relations de confiance avec les Hurons, les Montagnais et les Algonquins mais pas avec les Agniers. La petite communauté française installée sur les bords du lac subit régulièrement les attaques de ces Iroquois, ce qui décide Champlain à organiser une expédition punitive pour en finir avec cette tribu belliqueuse. Il part avec ses hommes, sous la bonne garde de tribus indiennes comme les Hurons (la région est méconnue des Français) et s’adjoint même les services d’un contrebandier, nommé le Basque qui, pour éviter des sanctions plus sévères, accepte de se joindre à l’expédition. Embarquant sur des canoës pour remonter le fleuve Saint Laurent, la petite troupe commence son long cheminement vers l’Iroquoisie et déjà les dissensions se font jour. Le Basque conteste perpétuellement l’autorité de Samuel de Champlain, d’autant que son plan ne parait pas clair : ce dernier envisage d’utiliser une jeune prisonnière iroquoise, fille d’un chef, pour ouvrir les négociations tout en s’entourant d’un véritable arsenal de guerre. Lire la suite