The Hateful Eight (Les Huit salopards) de Quentin Tarantino

Dans les grandes étendues enneigées de l’Ouest américain en hiver, une diligence à bord de laquelle John « The Hangman » Ruth (Kurt Russell), un chasseur de primes qui a la réputation de toujours ramener ses proies vivantes pour qu’elles soient pendues, emmène Daisy Domergue (Jennifer Jason Leigh) jusqu’à Red Rock, Wyoming, où elle devra donc être pendue pour meurtre et où John empochera la rançon. En chemin, la diligence tombe sur le Major Marquis Warren (Samuel L. Jackson), ex-officier noir de la cavalerie nordiste devenu lui aussi chasseur de primes, qui veut ramener trois cadavres de hors-la-loi à Red Rock pour y toucher, lui aussi, ses primes. Puis, un peu plus tard, ils tombent sur Chris Mannix (Walton Goggins), fils d’un général renégat confédéré et futur sheriff de Red Rock. Poursuivis par le blizzard, ils sont contraints de faire escale au relais d’étape de Minnie où pourtant, ni Minnie ni son mari, Sweet Dave, ne sont là pour les accueillir, mais quatre types étranges : Bob, un Mexicain (Demian Bichir), Oswaldo Mobray, le bourreau de Red Rock (Tim Roth), Joe Gage, un cowboy (Michael Madsen, déjà vu dans Reservoir Dogs), et le général sudiste Sandy Smithers (Bruce Dern). Tout ceci est sacrément louche… Lire la suite

Publicités

Django Unchained de Quentin Tarentino

https://lesboggans.files.wordpress.com/2013/02/95626-django-unchained-graywhitemain-drop.jpg?w=308&h=4441858. Quelques années avant la Guerre civile américaine. Django, un esclave, est amené par les frères Speck vers son nouveau propriétaire. En chemin, il croise la route d’un dentiste allemand, reconverti en chasseur de primes, le Docteur Schultz. Ce dernier recherche un esclave capable d’identifier trois personnes recherchées par les autorités américaines. Django étant le seul dans la chaîne des esclaves à avoir cette capacité, le docteur Schultz l’achète, puis fait un marché avec lui: sa liberté ainsi qu’un paquet d’argent en échange de sa collaboration dans la capture des trois brigands. Django accepte et finit par devenir l’associé de Schultz et le premier chasseur de primes noir.   Lire la suite

Inglorious Basterds de Quentin Tarantino

C’est un western avec des nazis et des juifs, des GIs et des civils français à la fois dans la réalisation comme dans la musique. C’est un hommage au cinéma, notamment au cinéma français *et* allemand des années 40. C’est un hommage aux films de genre. C’est enfin et surtout un hymne à la gloire et à la saveur des langues, de leur musique, de leur complémentarité, de leur manière de voir et de penser.

C’est le dernier Tarentino, Inglorious Basterds et c’est un très bon film.

Je ne suis pas un grand fan de Tarentino: j’avais beaucoup aimé Pulp Fiction, par lequel j’avais commencé (au cinéma au lycée) continuant par Reservoir Dogs. Jackie Brown m’avait ennuyé et j’avais été totalement hermétique à Kill Bill n’ayant pas réussi à aller au bout du premier, le trouvant trop appuyé, trop « je suis ridicule mais je suis conscient de l’être donc je ne le suis pas » (une sorte de film post-moderne de genre…). Quant à Boulevard de la mort, pas vu, pas pris.

Et pourtant, là, c’est excellent.

Lire la suite