Europe Central de William T. Vollmann

Roman publié en 2005, comprenant plus de 700 pages, couvrant la période qui va de l’après Première Guerre mondiale à la période de la Guerre froide et alternant des récits se passant en URSS et en Allemagne. Il n’y a pas un narrateur, mais plusieurs, dont on ne connait pas l’identité, mais qui racontent leur vision d’un évènement ou d’un protagoniste du roman. L’ensemble du roman est divisé en une multitude de chapitres qui vont par deux et alternent le plus souvent une histoire en URSS, puis une en Allemagne.

Le roman s’ouvre sur le bruit d’un téléphone qui semble sonner dans le vide. Lire la suite

The Monuments Men de George Clooney

The Monuments Men de George ClooneyGeorge Clooney revient sur un épisode méconnu et véridique de la Seconde Guerre mondiale, quand les Alliés décidèrent de remettre la main sur tous les tableaux volés et déplacés par les nazis. The Monuments Men raconte donc l’histoire de cette brigade improbable, mise sur pied par un professeur de Harvard et qui devait, en suivant l’avancée des troupes alliées, retrouver les chefs-d’œuvres de l’humanité, quitte à pénétrer du côté allemand, pour les sauver avant que ces derniers, de dépit, y mettent le feu. L’équipe était composée de sept membres : Frank Stokes, James Granger, Richard Campbell, Walter Garfield du côté américain, Donald Jeffries un anglais et notre emblème national Jean-Claude Clermont. Des directeurs de musée, des spécialistes d’architecture ou de restauration, qui allaient pour un temps et pour la sauvegarde du patrimoine de l’humanité devenir des soldats… Lire la suite

HHhH de Laurent Binet

HHhH de Laurent BinetDifficile de commencer autrement le résumé de ce livre : Laurent Binet semble être fasciné, obsédé depuis longtemps par l’assassinat de Reinhard Heydrich à Prague par deux résistants en mai 1942. Heydrich était le « Protecteur de la Bohème-Moravie » sous le Reich. Engagé très jeune dans le national-socialisme, il était une figure montante du régime lorsqu’il est tué dans un attentat à Prague. Cet attentat était orchestré depuis Londres, par les services secrets britanniques qui soutenaient la résistance tchèque.

Le livre décrit à la fois la carrière d’Heydrich, la préparation de l’opération tchèque visant à le tuer et suit également le travail de recherche de Binet et ses difficultés à écrire, à fictionnaliser cet épisode de la Seconde Guerre mondiale.

La première partie du roman (soit les 3/4 du livre) est consacrée à la présentation des différents protagonistes, puis à la narration des faits jusqu’au jour de l’attentat. La deuxième partie reprend après l’attentat et relate les conséquences de cet évènement, pour les civils notamment.

D’après une citation de Lanzmann publiée sur la quatrième de couverture de l’édition de poche, Laurent Binet « montre la lutte que se livrent dans son roman et dans son esprit le savoir documentaire et l’invention fictionnelle ». Va va voum.

Lire la suite

Hammerstein ou l’intransigeance: une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger

L’épouse du général Kurt von Hammerstein-Equord lui donna sept enfants, quatre filles et trois fils. C’est de lui et de sa famille qu’il sera question ici.

A mi-chemin entre la biographie historique et le récit littéraire, Hans Magnus Enzensberger choisit de relater l’histoire d’Hammerstein, avec la volonté de présenter ce dernier comme le modèle de l’intransigeance face à l’Allemagne nazie.

Né en 1878, Kurt von Hammerstein appartient à une ancienne famille de la noblesse allemande qui, comme toute famille noble, a compté dans ses rangs de nombreux officiers de l’armée. Durant la guerre 14-18, Hammerstein combat dans les Flandres. Il reçoit après guerre la croix de fer et est nommé major. Nommé dans la Reichswehr, il va rapidement gravir les échelons, pour devenir en 1930 général d’infanterie, commandant suprême de l’armée. Il prend très tôt ses distances avec le national-socialisme et met en garde Hindenburg sur une possible nomination d’Hitler au poste de chancelier. En vain. Hitler est nommé en 1933, et lorsque Hindenburg meurt en 1934, Hammerstein ne peut que démissionner de son poste.

Il est rappelé pour commander une armée en Hollande en 1939, lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, mais il est de nouveau mis à la retraite en septembre 1939. Il se retire progressivement de la vie politique et meurt en 1943.

Deux de ses fils participeront à l’attentat contre Hitler, et deux de ses filles seront engagées au côté des communistes pour lutter contre les forces nazies. L’auteur s’intéresse donc à la famille Hammerstein dans son ensemble (une part non négligeable du récit est consacré aux agissements des deux filles communistes), particulièrement sur la période précédant et comprenant le régime nazi. Il fait intervenir ponctuellement des éléments de fiction, lorsqu’il entreprend de dialoguer avec les morts, que ce soit Kurt lui-même mais également sa femme, ses filles, etc.

Lire la suite