The Knick (saison 2) de Steven Soderbergh

La saison 1 se terminait sur l’image d’un flacon d’héroïne, nouvelle trouvaille que certaines praticiens utilisaient pour guérir leur patient de leur addiction à la cocaïne. John Thackery (Clive Owen), brillant chirurgien du Knick, se voyait alors placé dans un institut prodiguant ce nouveau traitement pour l’aider à en finir avec son goût pour l’opium et la cocaïne ! En son absence, le docteur Edwards (Andre Holland) espère obtenir le poste de premier chirurgien, d’autant que Bertie (Michael Angarano) a quitté l’hôpital sur un coup de cœur (il n’a en effet pas apprécié que la belle infirmière Lucy ait fricoté avec Thackery) et que Gallinger (Eric Johnson) a du mal à concilier travail et famille, sa femme s’enfonçant dans la dépression et la folie, malgré la perte de ses dents (encore un traitement de pointe !).

Mais les événements se bousculent à New York : Cornelia Roberston (Juliet Rylance), maintenant mariée, vit à San Fransisco et ne peut donc plus appuyer Edwards, son frère Henry (Charles Atkin) gagne peu à peu la confiance de son père mais il cherche également à investir dans ses propres projets (comme le métro). Il se garde donc de contrarier de trop son père et ses associés dans la gestion de l’hôpital, d’autant qu’un nouveau Knick va voir le jour, plus grand, plus moderne, plus coûteux et donc moins concentré dans les mains de la famille Roberston. Sœur Harriet (Cara Seymour) est en prison, en attente de son jugement pour avoir fait avorter illégalement des femmes, mais son ami Tom Cleary (Chris Sullivan) a fait la promesse de la faire libérer. L’inspecteur Speight poursuit ses investigations pour garantir la sécurité sanitaire de la ville et Herman Barrow (Jeremy Bobb) profitant du projet concernant le nouvel hôpital perpétue ses petits trafics pour le plus grand bien de sa maitresse prostituée. Quant à Lucy (Eve Hewson), elle espère le retour de Thackery, convaincue de l’avenir de leur relation. Rien de bien nouveau donc et pourtant que de changements ! Lire la suite

Publicités

The Knick (saison 1) de Steven Soderbergh

Les boggans aiment Soderbergh. Même lorsque ce dernier réalise des films expérimentaux (Bubble) ou mineurs (Side Effects, Magic Mike, Contagion), ils sont toujours intéressants, et lorsqu’ils sont réussis (Traffic, Solaris), ils confinent au génial. Alors quand sort une série réalisée et produite par Soderbergh et traitant de la naissance de la chirurgie moderne, l’un de ses thèmes de prédilection (le corps, la santé), les boggans veulent la voir. Le fait que Clive Owen incarne le personnage principal n’enlève rien à l’attrait initial de la série, écrite par Jack Amiel, Michael Begler et Steven Katz. Pour l’instant une saison de dix épisodes a été diffusée sur Cinemax, une chaine qui fait partie du groupe HBO. Cette série suit donc le quotidien de chirurgiens et d’infirmières d’un hôpital de Manhattan, à une époque où les traitements, les opérations et la gestion des malades sont encore à leurs balbutiements. Au début de XXe siècle, le patient est aussi un objet d’expérience et de ce bouillon d’expérimentations plus ou moins malheureuses ressortent quelques avancées prodigieuses, comme la classification des groupes sanguins ou les techniques de suture. Lire la suite

Side Effects de Steven Soderbergh

Jonathan Banks (Jude Law) est un psychiatre réputé. Il vit à New York avec sa femme et leur fils. Il possède un cabinet dans lequel il est associé avec trois autres psychiatres, il multiplie les consultations et vient d’être sollicité pour participer (avec certain de ses patients) au test d’une nouvelle molécule. Comme sa femme ne parvient pas à retrouver du travail et qu’ils vivent dans le centre de Manhattan où ils scolarisent leur enfant dans une école privée, Jonathan a besoin d’argent. C’est pour cette raison qu’il suit de nombreux patients et accepte les sollicitations de grands groupes pharmaceutiques.

Alors qu’il consulte dans un hôpital de la ville, il est appelé auprès d’une patience qui vient de tenter de se suicider. Emily Taylor (Rooney Mara). Cette patiente lui explique qu’elle est simplement un peu déprimée : son mari (Channing Tatum) vient à peine de sortir de prison, il n’a pas d’emploi et leur vie est difficile en ce moment. Elle refuse donc d’être internée et accepte en échange de venir suivre une thérapie plusieurs fois par semaine dans le cabinet de Banks. En discutant avec elle, Banks découvre qu’elle avait autrefois suivi une thérapie avec l’une de ses collègues, le docteur Siebert (Catherine Zeita-Jones). Il prend contact avec elle et découvre une partie du passé trouble d’Emily. Au cours de la conversation, Victoria Siebert lui parle d’une nouvelle molécule qui fait des miracles sur ses patients et qui pourrait convenir à Emily. Avec l’accord de cette dernière, il lui prescrit cette nouvelle molécule. Au début, Emily réagit très bien au traitement, puis elle commence à faire des crises de noctambulisme.

Lors d’une de ces crises, Emily poignarde son mari. A son réveil, elle ne se souvient de rien. Le psychiatre est immédiatement montré du doigt par la patience et par les médias. Lire la suite

Haywire de Steven Soderbergh

https://i0.wp.com/www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2012/01/Haywire-Affiche-USA-2.jpg Mallory Kane (Gina Carano) est une freelance qui travaille régulièrement pour Kenneth (Ewan McGregor), ex-petit ami et patron d’une firme un peu spéciale. Lors de sa dernière mission, elle devait libérer un journaliste chinois retenu en otage. Cette mission lui avait été confiée par Kenneth mais émanait en fait de la CIA. Une fois l’otage libéré, Mallory pense profiter de son temps libre pour se reposer, mais malheureusement elle est immédiatement contactée par Kenneth qui l’envoie sur une autre mission, plus simple celle-ci. Elle doit accompagner un agent britannique (Michael Fassbender) dans une opération de contact. Simple et pourtant le piège se referme sur elle…

Lire la suite