The Hateful Eight (Les Huit salopards) de Quentin Tarantino

Dans les grandes étendues enneigées de l’Ouest américain en hiver, une diligence à bord de laquelle John « The Hangman » Ruth (Kurt Russell), un chasseur de primes qui a la réputation de toujours ramener ses proies vivantes pour qu’elles soient pendues, emmène Daisy Domergue (Jennifer Jason Leigh) jusqu’à Red Rock, Wyoming, où elle devra donc être pendue pour meurtre et où John empochera la rançon. En chemin, la diligence tombe sur le Major Marquis Warren (Samuel L. Jackson), ex-officier noir de la cavalerie nordiste devenu lui aussi chasseur de primes, qui veut ramener trois cadavres de hors-la-loi à Red Rock pour y toucher, lui aussi, ses primes. Puis, un peu plus tard, ils tombent sur Chris Mannix (Walton Goggins), fils d’un général renégat confédéré et futur sheriff de Red Rock. Poursuivis par le blizzard, ils sont contraints de faire escale au relais d’étape de Minnie où pourtant, ni Minnie ni son mari, Sweet Dave, ne sont là pour les accueillir, mais quatre types étranges : Bob, un Mexicain (Demian Bichir), Oswaldo Mobray, le bourreau de Red Rock (Tim Roth), Joe Gage, un cowboy (Michael Madsen, déjà vu dans Reservoir Dogs), et le général sudiste Sandy Smithers (Bruce Dern). Tout ceci est sacrément louche… Lire la suite

Selma d’Ava DuVernay

Selma est un film nécessaire. Ce n’est pas un bon film. Il est passable pour ce qui est de sa cinématographie, mais il est le bienvenu aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que comme le dit Eileen Jones, notre époque a besoin de films politiques sur des groupes.

1965. Martin Luther King reçoit le prix Nobel de la paix, notamment pour son action depuis le boycott des bus de Montgomery jusqu’au Civil Rights Act de 1964 en passant par la « Marche sur Washington pour les emplois et la liberté » et son iconique discours « I Have a Dream » de 1963.

Pourtant, l’attentat à l’explosif d’une église de Birmingham, tuant quatre fillettes et le meurtre d’un jeune militant, lui montrent que la lutte est loin d’être finie, que tant que les noirs ne pourront pas voter face aux pratiques de discrimination extra-légales et coutumières ils pourront être impunément tués, et qu’il faut donc un Voting Rights Act, ce qu’il cherche à faire accepter par le président Lyndon Johnson. Devant les atermoiements voire le refus de ce dernier, King comprend qu’il doit enfiler son costume de metteur en scène, et préparer le prochain acte de la comédie dramatique qu’est le mouvement des droits civiques. Tous les protagonistes se préparent également. Le rideau va pouvoir se lever sur la scène. Et la scène sera à Selma, Alabama. Lire la suite

Möbius d’Eric Rochant

Alice (Cécile de France) est une trader surdouée, exilée à Monaco et interdite de sol américain depuis la crise de 2008 dans laquelle elle aurait joué une part non négligeable (ainsi que ses produits financiers pourris). Elle est contactée par les services secrets français pour enquêter sur un magnat russe, Ivan Rostovsky (Tim Roth), soupçonné de blanchir de l’argent sale.

Ce qu’elle ne sait pas c’est que l’agent qui pilote la mission française, Grégory Lioubov (Jean Dujardin), est un agent russe qui bosse pour les nouveaux services secrets russes, services qui souhaitent avoir des billes sur Rostovsky.

Ce qu’il ne sait pas c’est qu’Alice est pistée par la CIA, qui espère retourner Lioubov et en faire un agent double.

Lire la suite