Kong: Skull Island de Jordan Vogt-Roberts

Dans la région du Pacifique sud en pleine Seconde Guerre mondiale, deux aviateurs, l’un américain et l’autre japonais, atterrissent en parachute sur une île perdue. Ils se prennent en chasse à travers la forêt avant de tomber nez à nez avec un gigantesque gorille.

Dans les années soixante-dix, un scientifique américain, Bill Randa (John Goodman), interpelle l’un  de ses sénateurs pour lui demander des fonds afin de mener une expédition pour retrouver une mystérieuse île dans le Pacifique sud. Ayant obtenue l’accord du sénateur, Bill prépare sa mission en s’entourant de géologues, d’une reporter de guerre (Brie Larson), d’un traqueur (Tom Hiddleston) et des membres d’une unité d’élite de l’armée américaine commandée par le Colonel Preston Packard (Samuel L. Jackson) tous vétérans du Vietnam. En route vers cette mystérieuse île, l’équipe de Bill Randa doit affronter un puissant orage avant de pourvoir distinguer les premiers reliefs de l’île et d’être violemment attaqué par un colossal gorille… Lire la suite

Publicités

High Rise de Ben Wheatley

Le docteur Laing (Tom Hiddleston) vient d’emménager dans une tour d’immeuble d’apparence plutôt moderne, dont l’agencement répond aux souhaits d’autarcisme et de hiérarchie sociale de son concepteur, l’architecte Royal (Jeremy Irons). Au bas de l’immeuble les familles les moins aisées avec enfants, au haut de l’immeuble l’immense appartement de Royal, entre les deux un dégradé de catégories socio-professionnelles, qui peuvent éventuellement se retrouver dans les espaces communs comme la piscine ou le supermarché. L’ensemble de l’immeuble est conçu de telle manière que ses habitants n’ont pas à sortir à l’extérieur pour assouvir leur besoin, à l’exception de leur trajet jusqu’à leur travail. Pour le reste — courses, loisirs ou démarches administratives — tout est possible à l’intérieur de l’immeuble.

Le docteur Laing va découvrir que la vie au sein de cet immeuble est loin d’être idéale : coupures d’électricité fréquentes, problèmes de voisinage, incapacité à sortir de l’immeuble ou à vivre avec les autres, tous ses facteurs agissent sur les individus, les menant les uns contre les autres. Il ne manque plus qu’une nouvelle coupure d’électricité à l’étage 10 pour que les conflits éclatent, et que l’expérience sociale de l’architecte, tel un démiurge, peut commencer. Lire la suite

The Night Manager de Susanne Bier

Après un générique digne des derniers James Bond, nous faisons brièvement la connaissance de Richard Roper (Hugh Laurie) alors qu’il présente son organisation bienfaitrice, qui vient en aide aux réfugiés. Le ton de cette vidéo de présentation, son cadrage et sa lumière donne immédiatement l’impression que tout ceci n’est qu’une couverture, une image fabriquée qui masque le vrai visage de Roper.

Changement de décor, pour nous plonger directement dans les événements de janvier 2011 en Egypte. Un homme seul traverse un soulèvement populaire contre le régime pour se rendre dans un hôtel. Il s’agit de Jonathan Pine (Tom Hiddleston), un ex-soldat devenu manager de nuit dans des hôtels de luxe. Par la suite, on le voit organiser avec les autorités anglaises l’évacuation de ses clients. Arrive la belle Sophie Alekan, de nationalité égyptienne et réputée pour être la maîtresse d’un caïd local, Freddie Hamid, fils d’une des plus grandes fortunes égyptiennes. Pour une raison mystérieuse, cette dernière demande à Jonathan Pine de photocopier des documents, puis de garder dans le coffre de l’hôtel un double, à utiliser si quelque chose lui arrivait. En ex-soldat, Jonathan reconnait immédiatement la nature des documents (des livraisons d’armes) et la nationalité du vendeur (britannique puisqu’il s’agit de Richard Roper). Après hésitation, il décide de prévenir un ami à l’ambassade, en demandant bien évidemment que sa source reste anonyme.

Peu de temps après, le visage tuméfié de Sophie lui indique que sa démarche a été ébruitée, qu’à présent Sophie est en danger et qu’il doit agir, quitte à demander l’aide de l’ambassade britannique. Pour Jonathan Pine, c’est le début d’une longue histoire d’espionnage avec en point de mire, le richissime et magnanime Richard Roper. Lire la suite

Crimson Peak de Guillermo del Toro

Dernier film très attendu du réalisateur Guillermo del Toro, capable du meilleur (Le Labyrinthe de Pan) et du pire (la série des Hellboy, Pacific Rim), et qui, au vu des quelques images et de la bande annonce accompagnant sa sortie, avait éveillé chez les Boggans de grandes espérances. Le film promettait une incursion magistrale dans la fantaisie gothique, par l’un des maîtres du genre. On en piaffait d’impatience.

Dès les premières images, le spectateur est directement plongé dans une ambiance très gothique noir : l’héroïne, la jeune Edith  Cushing (Mia Wasikowska) reçoit régulièrement le fantôme de sa mère, morte de la peste noire, qui lui répète ces mots qu’elle ne comprend pas : « méfies-toi de Crimson Peak ». Arrivée à l’âge adulte, Edith rêve de devenir un écrivain, mais refuse de se plier aux injonctions éditoriales qui imposent aux femmes l’écriture de romans d’amour. Edith veut écrire sur les fantômes, qu’elle connait bien du reste.

Son quotidien de jeune femme américaine est bouleversé par la rencontre avec un noble anglais, Sir Thomas Sharpe d’Allerdale Hall (Tom Hiddleston). Ce dernier s’intéresse de près à l’ingénierie et sollicite un peu partout dans le monde l’aide d’industriels pour financer ses projets, afin de sortir son domaine familial de la déchéance. Le père d’Edith est un richissime entrepreneur industriel, c’est donc tout naturellement que Thomas va chercher son appui financier. Déprisé par le père, Thomas tente tout naturellement une ouverture par la fille, qui tombe rapidement sous le charme de ce noble ruiné. Se méfiant davantage des fantômes que des séducteurs, elle ne voit pas le piège que vont lui tendre Thomas et son étrange sœur, Lucille (Jessica Chastain)… Lire la suite

Only Lovers Left Alive de Jim Jarmush

Only Lovers Left Alive de Jim JarmuschUne musique envoûtante et deux êtres qui le sont tout autant. Adam et Eve s’aiment depuis la nuit des temps, se séparant et se retrouvant au gré de leur itinéraires personnels. Adam vit à Detroit, dans les quartiers abandonnés de la ville où il peut vivre en reclus, image parfaite du musicien maudit qui ne sort jamais de chez lui mais dont la musique envahit l’espace urbain et façonne sa légende. Eve vit à Tanger, dans les quartiers animés de la ville où elle sort le soir telle un fantôme blanc qui se meut comme un souffle chaud dans les rues de la casbah.

Adam et Eve sont des vampires. Si Eve semble s’accommoder parfaitement de sa vie nocturne, Adam plonge une nouvelle fois dans un état dépressif, qui le pousse même à envisager son propre suicide. Face à la tristesse de son compagnon de toujours, Eve se résout à prendre l’avion, pour aller le voir et le sortir de sa torpeur.

Lire la suite