Azimut (5 tomes) de Wilfrid Lupano et Jean-Baptiste Andreae

Tome 1 :  Les aventuriers du temps perdu.

Bienvenue dans le monde d’Azimut, un monde peuplé de créatures fantastiques, les saugres (qui naissent dans des oeufs en disant « allons bon ») et les chronoptères (des insectes, des poissons, des oiseaux qui ont tous un rapport étrange au temps), de peintres amoureux, de lapin aventurier et de souverains régnant sur d’absurdes royaumes. Un monde où l’Arracheur de Temps, qui vole des années dans votre sommeil, n’est pas qu’une légende et où chacun tente, souvent en vain, d’échapper à son emprise.

Le professeur Breloquinte consacre sa vie à l’étude des créatures qui peuplent son monde, notamment les chronoptères, persuadé qu’il pourra enfin comprendre les caprices du temps. A bord de son Laps, son laboratoire volant, il sillonne le monde en compagnie de son jeune fils, Aristide. Il aperçoit un jour une Lurette, et pas n’importe quelle Lurette, la Belle Lurette, mais en voulant capturer son douzième œuf, le professeur tombe dans le vide. Avant de s’écraser sur le sol, il a le réflexe de gober l’œuf…

Quelques années plus tard, le monde ne tourne plus rond. Il semblerait qu’en effet le Nord ait été perdu. Tout voyage devient impossible mais d’irréductibles aventuriers persistent à sillonner les mondes possibles, certains à la recherche de pièces d’une ancienne monnaie, d’autres à la recherche du Temps… Le Comte de la Pérue, parti en quête depuis des années, finit par toucher terre, mais pour se rendre compte qu’il est revenu chez lui, auprès de son souverain, le roi Irénée le magnanime, sans avoir malheureusement découvert le moindre monde inconnu, mais en ramenant à bord de son navire Eugène, peintre inconsolable face à la déception amoureuse que Mani Ganza lui a provoquée… avant de s’enticher du roi Irénée.

Lire la suite

Les Vieux fourneaux, tome 5 : Bons pour l’asile, de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet

Mimile et Antoine montent à Paris pour voir un match de l’équipe de France de rugby. Ils doivent retrouver Pierrot pour y aller ensemble mais auparavant Antoine doit ramener Juliette à sa mère. Pendant que Mimile se charge de retrouver Pierrot, Antoine file chez Sophie, sa petite-fille et la mère de Juliette, dans l’idée que cette course ne va pas lui prendre beaucoup  de temps. Mais pour lui les choses ne se passent pas comme prévu. Au lieu de retrouver Sophie, Antoine tombe nez à nez avec son propre fils, Sophie ayant décidée qu’il était temps qu’ils se reparlent, ce qui n’est pas du goût des garçons. Alors qu’Antoine commence une longue et difficile discussion avec son fils, Mimile apprend que Pierrot vient d’être arrêté par la police et qu’il n’a que faire d’aller au stade. Il se retrouve donc à aller seul voir le match… Lire la suite

Les Vieux fourneaux, tome 4 : La Magicienne, de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet

Antoine et Sophie terminent leur tournée triomphale du « Loup en slip » et s’en retournent bien tranquillement dans leur paisible campagne pour découvrir leur village sens dessus dessous suite à l’annonce par l’entreprise Garan-Servier d’une possible extension de leur activité. Entre les opposants au projet comme Emile qui y voient une catastrophe écologique et ceux qui le défendent comme Antoine parce qu’ils pensent aux emplois crées, notre bande de retraités n’est pas loin de la scission.  Lire la suite

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu, tome 4 : La loi du plus fort de Wilfrid Lupano et Paul Salomone

Knut parcourt les Etats-Unis à la recherche de Margot, bien décidé cette fois à se débarrasser de cette s…….e. Maître Byron Peck, sans le sou, décide de retourner chez son frère, Alexander, qui vit à Washington. Il y retrouve Jack, Tim et Bruit-du-vent venus négocier avec les marchands d’armes la restitution des lettres de James Madison contre des terres navajos… tout comme Margot qui prétend toujours les posséder et en tirer un bon prix. Lire la suite

Communardes ! (3 tomes) de Wilfrid Lupano et al.

« La Révolution n’est pas qu’une affaire d’hommes. Rebelles. Militantes. Citoyennes. » Telle est l’accroche de cette série de trois tomes (Wilfrid Lupano a annoncé un quatrième à l’automne 2016), indépendants les uns des autres, menée par Lupano : chaque tome est consacré à un personnage féminin plongé dans les péripéties de la Commune. Le premier tome, Les Eléphants rouges (dessin de Lucy Mazel) suit Victorine, onze ans, qui, alors que les Prussiens assiègent Paris en cet hiver 1870, continue de s’occuper de Castor et Pollux, deux éléphants du Jardin des Plantes. Sa passion pour les éléphants, l’engagement de sa mère dans le mouvement des femmes et les contingences du siège de Paris vont se télescoper dans un fracas dramatique. Le deuxième tome, L’Aristocrate fantôme (dessin de Anthony Jean), est consacré à Elisabeth Dmitrieff, aristocrate russe ayant épousé la cause du peuple, envoyée par Karl Marx depuis Londres pour s’informer sur la Commune. Mais Elisabeth ne va pas se contenter de regarder et va rapidement s’impliquer, devenant la présidente de l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés, regroupant ces femmes qui réclament l’égalité, y compris celle de se battre pour défendre la Commune. Le troisième tome, Nous ne dirons rien de leurs femelles… (dessin de Xavier Fourquemin), suit les déboires de Marie, domestique chez un riche famille noble vivant bourgeoisement à Paris, d’abord compagnon et amie d’enfance de la fille héritière de la famille, Eugénie, mais qui va accumuler rancoeurs et frustrations de classe, et qui trouvera dans la Commune une occasion en or de régler ses comptes avec ses anciens employeurs…

Lire la suite