Nos trois (enfin cinq) bandes dessinées préférées de 2014

Première fois que l’on fait cela pour la bande dessinée. Mais l’année fut particulièrement riche en découvertes, alors, hop ! petite rétrospective de celles qui nous ont séduits. Lire la suite

Publicités

La Mondaine de Jordi Lafebre et Zidrou

Avril 1944 : des Parisiens se retrouvent coincés dans un abri souterrain pendant le bombardement de la ville. Un groupe disparate composé d’un officier SS, de familles apeurées, de jeunes femmes audacieuses et d’un inspecteur de la Brigade mondaine. Pour tromper l’ennui, l’inspecteur s’entretient avec l’officier SS.

1937 : Aimé Louzeau va prendre ses fonctions à la Mondaine, la fameuse brigade des mœurs. En quelques jours, il va découvrir les méthodes d’infiltration, les techniques d’interrogatoire, les planques et bien évidemment les secrets bien gardés des hommes d’état. Un quotidien qui devient vite sordide, jusqu’à sa rencontre avec Eeva, danseuse dans un cabaret d’un genre nouveau, le Zoothrope.

1942 : Cinq années se sont écoulées depuis sa prise de fonction dans la Mondaine et tant de choses ont changé. Eeva a disparu. La course « Le tour des quais » oppose les forces de l’ordre françaises à l’occupant allemand, les soldats sont partout maintenant et donnent des ordres. Aimé doit à présent participer aux mesures contre les juifs. Lire la suite

Les Folies Bergères de Zidrou et Francis Porcel

Les Folies Bergères de Zidrou & Francis Porcel

Guerre 14-18. Des soldats dans les tranchées trompent le quotidien et la peur en s’inventant une autre vie. Leur campement devient « Les folies bergères », la ration quotidienne un savant mélange des meilleurs plats du moment et les performances individuelles deviennent des victoires sur l’ennemi. Un dessin, une sculpture, des rimes, tout est bon pour oublier la mitraille, les obus et la boue. Un jour, leur morne vie est perturbée par une exécution, car bien qu’ils soient habitué depuis peu à ce genre de spectacle, cette mise à mort défie l’entendement. Sur les trois soldats alignés au poteau d’exécution, seuls deux sont tués. Les balles semblent avoir miraculeusement traversées le troisième.

Pendant ce temps, Monet peint ses nymphéas et se fait « emmerder par un jeune con » qui lui demande d’ajouter des grenouilles au tableau.

Lire la suite