Midnight in Paris de Woody Allen

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRd2IoaM1TkkNM9-aI324W0rMknO1Yn9Cjpn4YvLC9l5w_OcF-U8AGil et Inez profitent d’un voyage d’affaires du père d’Inez pour passer quelques jours à Paris. Gil adore Paris et profite de son temps dans la capitale française pour avancer dans l’écriture de son roman. Inez qui ne comprend ni l’amour de Gil pour Paris ni son entêtement à écrire un roman (les scenarii de Gilse vendent très bien à Hollywood, pourquoi se compliquer la vie avec un roman?), ne pense qu’à son futur mariage et à ses emplettes avec sa mère. Les deux tourtereaux vont bientôt arpenter la ville séparément: Inez va visiter les musées avec son ami Paul et Gil va à la faveur des douze coups de minuit, se transporter dans le Paris des années folles où il rencontrera Fitzgerald, Hemingway, Picasso, Dali et la très belle Andréa.

Une fois accepté la vision acidulée et ultra friquée de Paris, le spectateur suit avec ravissement les rencontres de Gil avec les grands artistes des années folles. Le ton est récréatif, on attend avec impatience minuit pour se replonger dans les années folles. Certes la ville de Paris est présentée comme Disneyland, certes les années folles sont vues à travers un prisme déformant (les cercles d’intellectuels américains à Paris), certes le film est bavard, mais malgré cela, il est très agréable à regarder et on passe un bon moment, ce qui est déjà pas mal. Et Carla Bruni-Sarkozy a été en partie coupée au montage, ce qui est un gage de qualité en soi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s