London Spy de Tom Rob Smith

Mini-série d’espionnage, créée par Tom Rob Smith, romancier qui signe ici sa première réalisation, et diffusée en cinq épisodes à la fin de l’année sur BBC2, avec l’extraordinaire Ben Whishaw dans le rôle de Danny, Edward Holcroft dans le rôle d’Alex (et non, il n’a pas joué dans le film 71) et Jim Broadbent dans le rôle de Scottie.

Danny est un être en déshérence, un romantique qui vit mal le fait d’être seul. Alors qu’il vient de passer la nuit dans une boite branchée londonienne et qu’il erre sur les quais  de la Tamise, il rencontre Alex qui fait son jogging quotidien. Dans les jours qui suivent Danny va revenir souvent sur les quais dans l’espoir de revoir Alex. Il finit par le revoir et rapidement ils deviennent amants. Danny confie à Alex les détails sordides de sa vie passée, pensant qu’il doit être honnête s’il veut que leur relation perdure. Peu de temps après, Alex disparait. Danny croit dans un premier temps qu’il a choisi de partir suite à ses révélations. Un paquet qu’il reçoit au travail le met sur la piste d’Alex, dont il découvre le corps dans le grenier de son appartement. Malgré les circonstances étranges de la mort d’Alex, la police semble ne pas vouloir enquêter. Danny décide donc de mener l’enquête seul avec l’aide indirecte de Scottie.

Comment survivre à un gros écueil scénaristique dès le deuxième épisode d’une série ? Le corps d’Alex est retrouvé dans une malle, ce dernier est probablement mort de suffocation. Ce qui implique que quelqu’un l’y a enfermé mais aucune enquête n’est diligentée pour trouver le coupable. Il faut toute la pugnacité de Danny (et pas moins d’un épisode après les faits) pour qu’une enquête soit ouverte et que ce dernier soit qualifiée de premier suspect. Tout cela parait très peu crédible.

Le créateur-réalisateur tente à plusieurs reprises de mettre en place une ambiance inquiétante autour du personnages d’Alex, dont l’identité réelle est révélée dans le deuxième épisode : il est un espion du MI6. Cette tentative d’ambiance est malheureusement mise à mal par une série de scènes, quiproquos, révélations qui vient alourdir la narration, complique inutilement le récit et finit par noyer et ennuyer le spectateur. Prises séparément certaines idées seraient intéressantes (comme l’algorithme trouvé par Alex, son origine familiale, le passé de Scottie, sa relation avec Danny, l’origine familiale de Danny et sa vie d’homosexuel) mais compilées et à concurrence dans une série de cinq épisodes, elles perdent en intérêt, deviennent contradictoires et nuisent à la crédibilité du scénario.

Les acteurs sont bons, et Ben Whishaw livre de très belles scènes avec Alex. Malheureusement cela ne suffit pas au succès de cette mini-série. La dernière image est hallucinante : on a l’impression que l’épisode s’arrête sur un cliffhanger et qu’il doit être suivi par un sixième épisode. Il n’en est rien, ce qui est proprement surprenant. Voici donc nos deux larrons en partance pour faire éclater la vérité, tout sourire, alors que tout le propos de la série était de montrer que ce projet était tout simplement irréaliste. Enfin, j’ai été un peu surprise de revoir à nouveau à l’écran la sempiternelle association entre homosexualité, alcool, drogue, conduites à risque et bien évidement séropositivité. Il serait bon de donner à voir autre chose.

« On the road, again » (air connu).

Bref, une mini-série bien décevante, qui n’arrive pas à combiner ses deux thèmes — la vie amoureuse d’un couple gay et l’espionnage — car elle veut en faire trop. L’excellence de Ben Wishaw ne parvient pas à suffire, malgré sa présence unique, sa silhouette irremplaçable, sa voix et son regard inquiets. Une déception.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s