The Outsider de Richard Price

Le corps de Frankie Peterson, un enfant de onze ans, est retrouvé dans un sous-bois par un promeneur venu se dégourdir les pattes avec son chien. Arrivée sur place, la police découvre alors un corps mutilé et, semble-t-il, dévoré en partie. Rapidement des témoins affirment avoir vu le jeune Frankie monter dans la camionnette de son entraineur, Terry Maitland (Jason Bateman). Des analyses ADN dans la camionnette et sur le corps de la victime confirme la présence de Terry Maitland. L’inspecteur Ralph Anderson (Ben Mendelsohn) se charge alors d’arrêter Terry Maitland en plein match et devant l’ensemble de la communauté, sa culpabilité ne faisant alors aucun doute.

Terry Maitland lors des interrogatoires affirme avoir été au moment du crime (et au moment où il est vu par les témoins) à une conférence dans un autre Etat. La conférence ayant été filmé, une vidéo montre effectivement Terry Maitland parmi les participants. Ce dernier est même filmé en gros plan alors qu’il pose une question aux conférenciers. Son ADN est également retrouvé à plusieurs endroits du bâtiment où a eu lieu la conférence. Des personnes ayant mangé avec lui lors de la pause de midi confirment également sa présence.

Une personne ne pouvant pas être à deux endroits en même temps, le procès s’ouvre dans la plus grande confusion. Mais alors qu’il est emmené vers le tribunal pour être officiellement inculpé, Terry Maitland est tué par le frère ainé de la victime. Ralph Anderson, de plus en plus mal à l’aise avec la façon dont le présumé coupable a été exposé au public (ce qui a conduit à sa mort), commence à douter de sa culpabilité et décide avec d’autres enquêteurs de ne pas clore l’affaire.

Le premier épisode de cette série met vraiment les choquottes, notamment la scène pendant laquelle une petite fille se promenant aux abords de la forêt tombe nez à nez avec Terry Maitland barbouillé de sang. Ce dernier passe dans un premier temps dans le champ de vision de la gamine et semble poursuive sa route derrière la camionnette. Puis, presque mécaniquement il recule de quelques pas, tourne la tête vers elle et commence à s’approcher. Le mouvement de recul est si bien fait qu’il est effrayant.

Après tout se gâte. Dans un premier temps, le fait que Maitland ait été à deux endroits en même temps parait inconcevable mais la série semble laisser la porte ouverte à une explication naturelle (jumeau, sosie, etc.). Puis, dès l’épisode trois, la dimension surnaturelle commence à être évoquée par les personnages et c’est elle qui finit par prendre le pas sur le reste. A partir du moment où l’explication devient surnaturelle, la peur s’évanouit et seul demeure un vague intérêt pour avoir l’explication « logique » des deux Terry.

Pis, une série de développements vient encore plus trivialiser cette explication. La présence d’autres cas similaires ayant également conduit à la mort « accidentelle » du coupable, l’idée que cet être a besoin temporairement d’un hôte dans l’attente de sa transformation pour justifier le comportement étrange de Jack (Marc Menchaca), collègue de Ralph, et surtout l’arrivée du personnage de Holly Gibney (Cynthia Erivo), la voyante-surdouée-incomprise, tellement cliché et donc trop peu plausible, finissent par faire sortir de l’histoire pour n’y voir qu’une construction malhabile sur la thématique d’El Cuco.

Et forcément, quand on commence à sortir d’une histoire pour n’y voir qu’une construction, on commence généralement à voir les défauts de la construction. Heath Hofstadter se suicide plutôt que de se faire tuer par un autre prisonnier. Qui est ce prisonnier ? Pourquoi veut-il le tuer ? Pour quoi maintenant ? Pas de réponse. Ralph Anderson a perdu son fils il y a quelques années. En quoi est-ce lié à son enquête ? Pourquoi se met-il à voir son fils et pourquoi ce dernier se met à lui parler ? Holly Gibner a des capacités surnaturelles mais elle ne voit pas le danger quand elle part seule avec Jack (bien qu’auparavant elle l’ait jugé instable) et elle ne voit pas non plus le piège qui leur est tendus dans la grotte. El Cuco se transforme progressivement en Claude Bolton (Paddy Considine), ce qui lui permet d’avoir accès à ses pensées. Pourquoi faut-il attendre l’épisode 9 pour que El Cuco comprenne que l’équipe est sur ses traces ? Pourquoi ne cherche-t-il pas à fuir quand il sait qu’ils arrivent ?

Bref, tout devient très vite tarabiscoté. Et surtout que nous dist-il la série sur le mythe El Chuco? Pas grand-chose, finalement. L’histoire brode autour de ce mythe sans en proposer quelque chose de bien passionnant et cette adaptation d’un roman de Stephen King laisse deviner que l’oeuvre originelle était elle aussi peu convaincante. Le travail de Richard Price est largement plus intéressant quand il s’en tient au polar social.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s